La chaire de technologie spatiale de l'EPFL ouvre ses portes aux étudiants

L'astronaute suisse Claude Nicollier
3 février 2004

Le nouveau centre spatial de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EFPL) commencera ses activités début avril avec le 14, l'ouverture d'une conférence organisée sous l'égide de l'Agence spatiale européenne et du Bureau suisse de l'espace (le SSO).

Cette nouvelle chaire fait partie de la faculté des sciences et techniques de l'ingénieur, elle a pour but de sensibiliser les étudiants avec une technologie de pointe et d’assurer l’avenir spatial du pays.

Comment promouvoir la technologie de l’espace en Suisse ? Pour apporter une solution à cette question, L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne a décidé d'employer les grands moyens en ouvrant une chaire de technologie spatiale. Son but, créer une entité capable de réunir les forces du pays pour promouvoir, développer et réaliser des projets liés à l'espace. Sont impliqués dans cette chaire: les laboratoires de l'école, le bureau suisse de l'espace, l'industrie et les autres universités du pays. Les inscriptions se sont ouvertes fin janvier et les cours débuteront le 5 avril, en même temps que la conférence intitulée Space Technology Education Conference sponsorisée par l'Agence spatiale européenne (ESA) et le Bureau suisse de l'espace.

La chaire de technologie de l’espace a déjà suscité l’intérêt de cinq laboratoires de la haute école. Quatre ou cinq professeurs et une dizaine d’assistants devraient rapidement dédier une partie de leur enseignement à cette chaire. Parmi les professeurs engagés, elle a choisi celui qui a certainement le plus marqué le pays: l'astronaute de l'ESA, Claude Nicollier. Claude Nicollier sera chargé de présenter aux étudiants les concepts généraux de préparation et d'exécution des missions spatiales. Le deuxième professeur, Herbert Shea, un spécialiste des microsystèmes, microsystèmes dont l'importance va grandissante dans toute application spatiale. Le succès rencontré auprès des étudiants fut immédiat, une trentaine d’entre eux ont répondu à l’appel, ne faisant ainsi que confirmer l’intérêt croissant suscité par l'espace auprès des jeunes. L’école en attend le double dans les prochaines années.

HRSC image 14 January 2004
La Suisse doit profiter de l'Europe pour participer à la conquête de Mars

L’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne est consciente des défis qui attend l’Europe et la Suisse. « Si la Suisse veut rester à la pointe de la technologie spatiale et participer au projet Aurora lancé par l’ESA, il faut absolument former des jeunes » explique Roland Siegwart, professeur de robotique et membre du comité directeur du space center. « Aurora est un projet à l’horizon 2030 et, en plus, les personnes compétentes et actives maintenant ne seront plus présentes à ce moment. Il est donc impératif d’assurer la relève si la Suisse veut participer scientifiquement et industriellement à l’aventure martienne de l’Europe » ajoute Roland Siegwart.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.