La planète en vedette grâce à l’ESA et Google Earth

ESA images in Google Earth
16 novembre 2006

Qui n'a jamais rêvé de voir à quoi ressemblent une éruption volcanique, une tempête de poussière ou l'évolution de la calotte glacière vues depuis l'espace ? L'Agence spatiale européenne (ESA) a créé une couche spéciale de données accessibles dans Google Earth, permettant au plus grand nombre de visualiser plus de 130 nouvelles photos satellite de l'ESA, parmi lesquelles des sites naturels et des ouvrages créés par la main de l'homme.

Pour accéder aux nouvelles images, il suffit de cocher la case « Contenu proposé » dans le menu « Infos pratiques » dela barre latérale de Google Earth et de cliquer sur l'icône ESA.

Vous pouvez alors vous envoler pour un voyage autour de la Terre, explorer les images détaillées de sites étonnants et découvrir les changements majeurs subis par l'environnement. D es informations pertinentes, des faits et chiffres, ainsi que des explications et des théories scientifiques, apparaîtront sous les images. : « Nous sommes ravis que l'Agence spatiale européenne utilise Google Earth pour mettre à disposition du public des images d'une telle qualité, aussi riches en informations passionnantes sur notre planète », déclare John Hanke, directeur de Google Earth. « Cette collaboration marque un pas important vers l'accès des personnes du monde entier à une meilleure compréhension de leur environnement ».

« L'intégration des images de l'ESA dans Google Earth représente une magnifique occasion d'éveiller la conscience et l'intérêt du public à l'égard des technologies spatiales, notamment des technologies liées à l'observation de la Terre et à la protection de l'environnement », estime Volker Liebig, directeur des programmes d'observation de la Terre de l'ESA, « L'imagerie choisie permet aux utilisateurs de Google Earth d'explorer la Terre depuis le ciel en bénéficiant d'une nouvelle perspective et de mieux apprécier leur planète en découvrant ses splendeurs et ses points vulnérables. »

Les images de la collection ont été réalisées par le satellite Envisat de l'ESA (le plus gros satellite environnemental jamais construit) et les satellites ERS et Proba.Lancé en 2002, Envisat utilise trois instruments pour l'acquisition des données : ASAR, un radar à synthèse d'ouverture de pointe ; MERIS, un spectromètre imageur à résolution moyenne ; et AATSR, un radiomètre à balayage conique le long de la trace.

ASAR utilise les signaux radar pour cartographier les sols, le profil des vagues et les glaces marines ou terrestres, pour surveiller l'occupation des sols et les types de végétation, et pour mesurer certaines propriétés de la surface. MERIS capte des images de la surface de la planète et des nuages en plein soleil, en couvrant la partie visible et une portion de la partie infrarouge du spectre. AATSR balaie la surface du sol et des océans de façon à mesurer la température de la mer, il détecte les « zones chaudes » des incendies de forêt et cartographie l'étendue de la végétation dans différentes régions.

Les données recueillies par ces instruments jouent un rôle crucial pour aider les scientifiques, les gouvernements et les autres organismes impliqués à comprendre les causes et les conséquences des changements environnementaux - y compris à détecter des phénomènes comme El Niño, percer les mystères du réchauffement de la planète, surveiller la déforestation et la pollution et acquérir des connaissances fondamentales sur la hausse du niveau des océans.

Depuis septembre, Google Earth a introduit l'option « Contenu proposé » pour permettre aux fournisseurs de données, tels que l'ESA, de présenter leurs contenus, allant des sites les plus célèbres à des informations scientifiques. Parmi les autres partenaires accessibles dans ce menu « Contenu proposé »on trouve ainsi :

  • Le programme des Nations Unies pour l'environnement - Le PNUE propose dans Google Earth des images successives prises par des satellites de 100 sites de la planète où la dégradation environnementale est particulièrement avancée. Ces vues – datées - illustrent aussi bien la déforestation de l'Amazonie, les conséquences des feux de forêt dévastateurs en Afrique sub-saharienne que l'assèchement de la mer d'Aral en Asie centrale. Cette présentation des sites « avant et après » au cours des 30 dernières années offre aux utilisateurs un outil en ligne de sensibilisation aux crises environnementales dans le monde entier.
  • Un tour du monde avec Discovery Networks - par l'intermédiaire de Google Earth, les passionnés de voyages peuvent faire un tour du monde virtuel avec Discovery Networks et visiter les principaux sites d'intérêt, les villes et les merveilles naturelles de la planète. Des vidéos en streaming présentent l'histoire et l’importance des lieux parcourus, de parcs nationaux, de villes américaines et européennes et de sites africains. Elles permettent par exemple aux utilisateurs de faire connaissance avec les merveilles de la tombe du pharaon Toutankhamon dans la Vallée des Rois ou l'histoire de la porte du sanctuaire d'Itsukushima au Japon.

  • L'institut Jane Goodall- Les utilisateurs peuvent rendre visite à Fifi et à d'autres chimpanzés protégés dans le site naturel de Gombe et de suivre jour après jour leurs exploits avec le « geo-blog » de l'institut Jane Goodall dans Google Earth. Actualisé quotidiennement, ce « geo-blog » apporte témoignage du travail de l'institut Jane Goodall, illustrant ses recherches sur les chimpanzés et les effets de la déforestation en Afrique.
Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.