Les Astronautes

Astronauts of the European Space Agency (ESA)
Astronauts of the European Space Agency (ESA)

L’ESA a débuté son programme de vols habités avec Spacelab. C’est pour ces missions que furent choisis en 1978 trois astronautes, Ulf Merbold (D), Wubbo Ockels (NL) et Claude Nicollier (CH). En 1992 eut lieu dans le cadre de deux programmes importants, Hermès et Columbus, une seconde sélection de six candidats parmi lesquels se trouvait un seul candidat d’un corps national d’astronautes, le Français Jean-François Clervoy. Les autres sélectionnés étaient Thomas Reiter (D), Maurizio Cheli (I, démissionaire), Pedro Duque (E), Christer Fuglesang (S) et la première femme du corps européen, Marianne Merchez (B, démissionaire).

Le Conseil de l’ESA a entériné, en 1998, la création d’un corps commun d’astronautes européens pour faciliter l’organisation et optimiser l’utilisation des ressources. La France et l’Allemagne qui disposaient auparavant chacune d’un corps national d’astronautes se sont ralliéés à la fusion. La résolution prévoyait la création d’un corps de 16 astronautes don’t quatre Allemands, Francais et Italiens et quatre participants des autres pays membres ainsi que leur integration d’ici à juin 2000 parallèlement à la dissolution des corps nationaux. Les pays membres conservent cependant la possibilité d’avoir recours à un ou plusieurs astronautes du corps européen pour leurs missions nationales.

Claude Nicollier

Claude Nicollier
Claude Nicollier

DATE ET LIEU DE NAISSANCE :
2 septembre 1944 à Vevey, Suisse.

DIPLOMES :
Après avoir terminé en 1962 ses études secondaires au Lycée de Lausanne, en Suisse, il obtient une licence ès-Sciences physiques à l'Université de la même ville en 1970 et une maîtrise d'astrophysique (3ème cycle) à l'Université de Genève en 1975.

SITUATION DE FAMILLE :
Marié, deux filles.

LOISIRS :
Pilotage, ski, alpinisme, photographie et Cor des Alpes.

AFFILIATION :
Membre de la Société astronomique suisse du Pacifique et de l'Association des officiers de l'armée de l'air suisse. Membre de la "British Interplanetary Society". Membre d' honneur de l' Aéroclub de Suisse et de la Société Suisse des ingénieurs et architectes.

EXPERIENCE :
De 1970 à 1973, Claude Nicollier travaille comme scientifique à l'Institut d'astronomie de l'Université de Lausanne et à l'Observatoire de Genève. Il entre ensuite à l'Ecole suisse de l'aviation civile de Zurich avant d'être engagé comme pilote de ligne sur DC-9 par la compagnie Swissair. Il continue - à temps partiel -à participer à des recherches à l'Observatoire de Genève. Fin 1976, il accepte une bourse de l'Agence spatiale européenne (ESA), au département Science spatiale de Noordwijk (Pays-Bas) où il travaille comme chercheur à diverses missions d'astronomie dans l'infrarouge. En 1978, l'ESA le sélectionne pour le premier groupe d'astronautes européens et il rejoint, aux termes d'un accord entre la NASA et l'ESA, les candidats astronautes de la NASA, sélectionnés en mai 1980 pour suivre une formation de spécialiste de mission.

Les fonctions techniques qui lui sont confiées au Bureau des astronautes de la NASA comprennent la vérification de logiciels de bord au Laboratoire d'intégration de l'avionique de la navette (SAIL), la participation à la mise au point de techniques de récupération pour le Système de satellite captif (TSS) dans le simulateur de la navette, et le soutien au programme de bras télémanipulateur (RMS).

En 1988 il fréquente l'"Empire test pilots school" de Boscombe Down (Grande-Bretagne), où il obtient, en décembre 1988, son brevet de pilote d'essai. Capitaine de l'armée de l'air suisse, il pilote pendant ses périodes de congé des Northrop F-5E et des Hawker Hunters, dans des exercices d'attaque au sol et d'appui aérien rapproché. Il compte à son actif 5000 heures de vol, dont 3500 à bord d'avions à réaction.

Détaché au Bureau des astronautes de Houston (Etats-Unis) depuis juillet 1980, Claude Nicollier est officiellement basé au centre des astronautes de l'ESA (EAC) de Cologne (Allemagne).

Claude Nicollier a participé, comme spécialiste mission, au vol de la navette Atlantis STS-46 (31 juillet - 8 août 1992) au cours duquel l'équipage a largué le porte-instrument récupérable de l'ESA EURECA, et procédé aux premiers essais en vol du système de satellite captif (TSS). La mission fut accomplie en 123 orbites autour de la Terre, soit 3.35 millions de miles en 191 heures 16 minutes.

Puis il a participé, comme spécialiste de mission, au vol STS-61 (2-13 décembre 1993) pendant lequel la navette Endeavour a rejoint et remis en état le telescope spatial Hubble, programme conjoint ESA/NASA. La mission fut accomplie en 163 orbites autour de la Terre, soit 4.43 millions de miles en 259 heures 59 minutes.

En janvier 1995, Claude Nicollier est sélectionné pour sa troisième mission spatiale, STS-75. Pendant cette mission de 15 jours (22 février - 9 mars 1996), le second déploiement du satellite captif (TSS) a été tenté; le câble s'est cassé alors que le satellite atteignait une distance de 19,7 km de la navette. Les scientifiques ont pu réviser leur programme de recherche afin d'utiliser le vol libre du satellite. Les astronautes ont concentré leurs activités sur les expériences en orbite de la charge utile USPM-3. La mission fut accomplie en 252 orbites autour de la Terre, soit 6.5 millions de miles en 377 heures 40 minutes.

En août 1998, Claude Nicollier a entamé la préparation de son quatrième vol spatial, la mission STS-103 en décembre 1999. Pendant cette troisième mission de maintenance du Télescope Spatial Hubble, Nicollier a effectué ses premières sorties extra-véhiculaires. Il a installé de nouveaux systèmes et instruments destinés à améliorer les performances du télescope orbital.

Après avoir participé à trois missions spatiales (STS-46 en 1992, STS-61 en 1993, STS-75 en 1996 et STS-103 en 1999), Claude Nicollier compte aujourd'hui à son actif plus de 1000 heures passées dans l'espace incluant une sortie en scaphandre de 8 heures 10 minutes.

DISTINCTIONS :
Suite à la mission de maintenance du télescope spatial Hubble, Claude Nicollier a reçu le "1993 Robert J. Collier Trophy" de la National Aeronautic Association. Ce prix est considéré comme la plus prestigieuse récompense aéronautique aux Etats-Unis. Il a reçu la médaille d'argent de l'Académie nationale de l'air et de l'espace, France (1994), le prix de l'Université de Lausanne (1994), puis a été nommé Docteur honoris causa de l'Institut fédéral Suisse de Technologie (EPFL) et de l'Université de Lausanne. Il a ensuite été nommé Professeur à l'EPFL, Lausanne. La médaille Einstein lui a été remise en 1998 par la Société Einstein de Bern.

SITUATION ACTUELLE :
Depuis juillet 1996, Claude Nicollier est chef de la section Robotique pour la navette et la Station Spatiale Internationale, du bureau des astronautes à la NASA/JSC, Houston.

Last update: 5 décembre 2000

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.