Les météorologues européens et suisses attendent "MetOp"

1e satellite MetOp
28 avril 2004

Comme la plupart des agences météorologiques en Europe, Météosuisse attend avec impatiences les premières données du satellite de météo opérationnelle, MetOp. Ce satellite, qui sera le premier satellite météorologique européen avec une orbite polaire, est actuellement en phase de test.

Fabriqué par l'Agence spatiale européenne sur commande de l'Organisation européenne pour l'exploitation de satellites météorologiques (EUMETSAT), MetOp sera lancé vers la fin 2005. Il remplacera alors un des deux satellites américains "Tiros" qui arrive au bout de sa mission.

"MetOp offrira une excellente vision des pôles, ce qui améliorera nettement la qualité des météos marines, la localisation et les déplacements des icebergs ainsi que la direction et la vitesse des vents" explique Lionel Fontanaz de Météosuisse. "En ce qui nous concerne, il est clair que ce n’est pas l’application de MetOp qui nous intéressera le plus, puisque Météosuisse ne diffuse pas de météo marine. En revanche, les profils de températures et d’humidité en fonction de l’altitude très précis que nous enverra MetOp, seront très utiles. Ces profils, qui sont actuellement effectués par des ballons sondes, sont, par exemple, indispensables pour la prévision des orages et de leurs intensités." ajoute encore le météorologue de Genève.

La vocation de MetOp est d’être avant tout un instrument de mesure d’une grande précision. Son orbite, qui se situe à environ 800 km d’altitude, dotera MetOp d’un pouvoir de résolution bien supérieur aux satellites géostationnaires comme Météosat plutôt dédiés à la prévision. MetOp mesura les températures de surface des océans, les vitesses et directions des vents, l’intensité de la couverture nuageuse, les profils de température et d’humidité de l’atmosphère. Pour Lionel Fontannaz "la précision de ces paramètres atmosphériques sera très précieuse pour les modèles de prévisions météorologiques. Plus les mesures sont précises, meilleures seront les prévisions, en effet les modèles qui calculent l’évolution météo sont très sensibles aux conditions initiales, un demi degré peut changer toute une prévision".

MetOp ne sera pas qu’un instrument de mesure au service des prévisionnistes ; les climatologues, eux aussi, l’attendent avec impatience. Le satellite doit mesurer en effet la concentration d’ozone dans les hautes couches de l’atmosphère et la température de surface des océans. Ces deux grandeurs sont fondamentales dans toute politique de protection du climat, l’ozone nous protège des rayons ultra violets nocifs du soleil, et la température des mers permet de comprendre l’influence du réchauffement planétaire sur la circulation océanique.

L’ESA et EUMETSAT qui co-financent le projet ont également assigné à MetOp un rôle de surveillance. En embarquant la 3ème génération des instruments du système Argos, célèbre par ses balises, MetOp assurera le relais pour les messages d’alerte émis non seulement par les avions et les bateaux en péril mais aussi par des particuliers isolés et en danger.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.