Première étape vers le retour d'échantillons martiens

Représentation artistique de la mission MSR
17 novembre 2003

Quelle activité peut le mieux préparer les Terriens à arriver sur Mars et à explorer les merveilles de la Planète Rouge ? Réponse: toucher, prendre des images, d'analyser dans un laboratoire terrestre à la pointe de la technologie des échantillons qui auront été prélevés avec soin sur des roches martiennes.

Si tout se déroule d'après le plan, ce sera précisément ce que le programme à long terme de l'ESA d'exploration du système solaire réalisera dans une décennie. Il s'agira de faire revenir sur Terre, afin de les analyser, les premiers échantillons de matière martienne qui auront été scellés dans une capsule spéciale.

La première étape pour concrétiser cet important bond dans la connaissance a démarré à la fin octobre quand on a annoncé les lauréats pour les contrats de la mission d'un retour d'échantillons ou Mission Sample Return (MSR). C'est la deuxième mission Etendard (Flagship) avec des robots, telle qu'elle est proposée dans le cadre du programme Aurora.

Des contrats pour des études parallèles de Phase A qui doivent concevoir une mission complète pour MSR ont été placés auprès de deux teams industriels. Un team, dirigé par Alenia Spazio (Italie), comprend Alcatel (France), Dutch Space (Pays-Bas), ELV (Italie) et MDR (Canada). L'autre team, sous la direction d’EADS Astrium (Royaume-Uni) comprend Astrium SAS (France), EADS ST (France), Galileo Avionica (Italie), RAL (Royaume-Uni), SAS (Belgique), SENER (Espagne) et Utopia Consultancies (Allemagne).

"Les propositions industrielles que nous avons reçues étaient d'une haute qualité, ce qui montre l'enthousiasme et l'implication des teams industriels qui les ont préparées", a déclaré Bruno Gardini, le Directeur du Projet Aurora.

Faire venir Mars sur la Terre

MSR ascent module
Représentation artistique de l'étage de remontée martien

Comme c'est actuellement envisagé, le programme MSR sera un périple en deux étapes. D'abord, un engin spatial qui comprend une capsule de retour sera lancé en 2011 et satellisé autour de Mars. Puis, deux ans plus tard, un autre engin constitué d'un module de descente et d’un étage de remontée sera lancé sur une trajectoire identique.

Au cours de son approche finale de Mars, ce second engin destiné à effectuer l'aller-retour avec la surface martienne sera éjecté pour réaliser un atterrissage contrôlé sur la planète. Sur Mars, un système de forage prélèvera un échantillon de sol jusqu'à une profondeur de 1,5 à 2 m, puis le scellera dans un petit container sur l'étage de remontée. D'autres prélèvements de sol et d'air de Mars pourront par ailleurs être collectés et stockés dans le container.

Une fois ces précieux échantillons à bord, l'étage de remontée martien décollera de la surface, puis rejoindra le vaisseau autour de Mars et s'y arrimera. Quand le container avec les échantillons martiens aura été chargé dans la capsule de rentrée, ce vaisseau prendra le chemin de la Terre. Arrivé près de celle-ci, il larguera la capsule pour qu'elle pénètre et soit freinée dans notre atmosphère.

Ralentie par un parachute ou par un système gonflable, la capsule aura à atterrir tout en douceur. Les équipes de récupération récupèreront le délicat container et l'apporteront dans un laboratoire planétaire spécialement sécurisé. Là, les échantillons seront extraits du container pour qu'ils soient analysés par des chercheurs impatients. Le concept de la capsule doit garantir que la structure du container avec les échantillons reste intacte, même si le parachute ne parvient pas à s'ouvrir ou si l'arrivée au sol se termine en crash.

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

Bruno Gardini
Aurora Project Manager
ESTEC
The Netherlands
Tel: +31-71-565-3849
E-mail: Bruno.Gardini@esa.int

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.