ESA

Back to Index

English  |  German

N° 35–2013: ATV Albert Einstein : fin flamboyante d’une mission parfaite

2 novembre 2013

Le quatrième véhicule de transfert automatique (ATV) de l'ESA, baptiséAlbert Einstein, est parvenu au terme de ses cinq mois d’amarrage à la Station spatiale internationale (ISS). C’est aujourd’hui que s’est effectuée sa rentrée atmosphérique et qu’il s’est consumé comme prévu au-dessus d’une zone inhabitée du Pacifique sud.

Les ravitailleurs automatiques ATV sont les véhicules spatiaux les plus complexes que l’Europe ait jamais réalisés. Ce sont aussi les plus gros à s’amarrer à la station spatiale et ceux qui offrent la plus grande capacité de fret.

L’ATV-4 a permis à Ariane-5 d’établir un nouveau record : le lanceur européen a en effet injecté ses 20 tonnes en orbite le 5 juin à partir du port spatial de l’Europe en Guyane française. L’ATV-4 s’est amarré à l’ISS 10 jours plus tard. Sa cargaison record de 2480 kg comprenait plus de 1400 articles d’inventaire.

Albert Einsteina livré à la station un chargement crucial pour la maintenir en fonctionnement et permettre aux six astronautes qui travaillent à bord de cet avant-poste orbital de réaliser des expériences hors du commun.

L’astronaute de l’ESA Luca Parmitano a été chargé de superviser l’amarrage automatique ainsi que de décharger et d’entreposer l’ensemble des équipements scientifiques, pièces de rechange, fournitures diverses, vêtements et vivres.

Pour ne citer que quelques exemples, la cargaison de l’ATV-4 comprenait des expériences sur les émulsions qui doivent aider les industriels à concevoir des produits alimentaires et pharmaceutiques à plus longue conservation, une pompe à eau destinée à remplacer celle du laboratoire européen Columbus, un nouveau dispositif de recyclage des eaux usées pour la NASA, une antenne GPS pour le laboratoire japonais Kibo et des boîtes à outils spatiaux imprimés en 3D.

Pendant le temps où il est resté amarré à la station, l’ATV-4 a rehaussé son orbite à six reprises pour lutter contre les effets de la traînée atmosphérique résiduelle. Sans ces manœuvres orbitales confiées à l’ATV et aux cargos Progress russes, plus petits, la station finirait par retomber sur Terre.

Avant le départ de l’ATV, les astronautes ont rempli son module pressurisé de déchets, libérant ainsi un peu d’espace à bord de la station. Enchaînant record à l’aller et record au retour, l’ATV-4 sera celui de la série qui aura permis d’évacuer le plus de déchets.

Le cargo européen a largué les amarres le 28 octobre à 8h55 TU (9h55 heure de Paris) et s’est placé automatiquement sur une trajectoire de rentrée sûre, à une centaine de kilomètres en dessous de l’ISS.

Albert Einstein a exécuté une série de manœuvres délicates de façon à effectuer sa rentrée à l’aplomb de la station pour que les astronautes puissent observer sa dislocation dans les couches supérieures de l’atmosphère, ce qui fournira des données uniques en leur genre sur les phénomènes de rentrée atmosphérique.

L’ATV-4 et ses rebuts se sont consumés sans danger dans la haute atmosphère le 2 novembre à 12h04 TU (13h04 heure de Paris).

Toutes les manœuvres des ATV, y compris les amarrages en mode automatique, sont exécutées sous l’étroite surveillance de leur centre de contrôle, établi à Toulouse (France) et géré conjointement par l’ASE et le CNES.

“La mission s’est déroulée à la perfection ce qui, comme pour toute mission spatiale, représente un magnifique succès pour l’ensemble de l’équipe ATV,” déclare Alberto Novelli, responsable de la mission ATV-4.

“Le bon déroulement de cette quatrième mission témoigne de la maturité du programme ATV et cette nouvelle réussite ouvre la voie aux futurs projets de l’ESA.”

Georges Lemaître,prochain ravitailleur de la série des ATV, est déjà arrivé par bateau au port spatial de l’Europe en Guyane française. Le chargement de son module pressurisé commencera en mars prochain. Les modules de l’ATV-5 seront ensuite assemblés et intégrés à Ariane en vue d’un lancement à la fin du mois de juin.

En fournissant ces cinq ATV, l’ESA aura payé son écot pour l'utilisation de l’ISS jusqu’à fin 2017.

L’ESA contribue pour une part non négligeable à la maintenance de la Station afin de couvrir les coûts liés au fonctionnement des éléments qui lui appartiennent en propre – le laboratoire Columbus et les expériences et équipements scientifiques afférents – ainsi qu’aux vols spatiaux qu’accomplissent régulièrement ses astronautes.

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d’accès de l’Europe à l’espace. L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l’Europe et à faire en sorte que les investissements dans l’espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte vingt États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-huit d’entre eux sont également membres de l’Union européenne (UE).

L’ESA a signé des accords de coopération avec huit autres États membres de l’UE. Le Canada participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

L’ESA coopère également activement avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L’ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l’Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, elle lance des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, elle envoie des sondes jusqu’aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d’exploration humaine de l’espace.

Pour en savoir plus : www.esa.int

Pour plus d’information:

ESA – Bureau Relations avec les médias
Email: media@esa.int
Tel: +33 1 53 69 72 99



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

36


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.