ESA
16-avr-2014

Back to Index

English  |  German

N° 40–2013: Appel aux médias : conférence de presse sur le réveil et la mission de la sonde Rosetta

3 décembre 2013

L’an prochain, le 20 janvier précisément, après 957 jours d’hibernation dans l’espace lointain, Rosetta, la sonde cométaire de l’ESA, se réveillera automatiquement à l’approche de la destination qu’elle aura mis près de dix ans à atteindre.

En vue d’informer les médias sur cette opération critique de réveil et sur les défis qui attendent Rosetta après cela, l’ESA invite leurs représentants à une conférence au cours de laquelle interviendront les scientifiques et les spécialistes chargés du contrôle de la mission, ainsi que les partenaires de l’Agence. Cet événement se déroulera le mardi 10 décembre de 10h00 à 12h30 (heure de Paris) au Centre européen d’opérations spatiales (ESOC) de l’ESA, à Darmstadt, en Allemagne.

La date du 20 janvier marquera le début d’une année qui sera particulièrement riche puisque Rosetta se rapprochera progressivement de la comète Churyumov–Gerasimenko, en vue d’un rendez-vous en août. Lorsqu’elle aura cartographié en détail la surface de la comète, la sonde enverra, en novembre, l’atterrisseur Philae qui procèdera à une étude approfondie de son noyau.

Rosetta accompagnera ensuite la comète tout au long de son voyage à travers le système solaire interne, elle suivra ainsi l’évolution constante des caractéristiques de la comète à mesure que cette dernière se réchauffera en s’approchant du Soleil. C’est en août 2015 que sa course la mènera le plus près de notre étoile.

Le principal objectif poursuivi par Rosetta est une meilleure compréhension de l’origine et de l’évolution du système solaire, en particulier grâce à l’étude du rôle que les comètes sont susceptibles d’avoir joué dans l’apparition de l’eau, voire de la vie, sur Terre.

Une longue série de « premières » pour l’ESA avec la mission Rosetta

La mission Rosetta donne lieu à un certain nombre de « premières » dans le domaine de l’exploration spatiale. Il s’agit de la première mission menée au-delà de la principale ceinture d’astéroïdes en ne recourant qu’à des piles photovoltaïques pour fournir de l’énergie à un véhicule spatial qui accomplit sa mission à quelque 800 millions de kilomètres du Soleil.

Une fois qu’elle aura atteint son objectif, Rosetta sera le tout premier véhicule spatial à graviter autour d’une comète et à y faire atterrir une sonde, ce qui fait de cette mission l’une des plus complexes et des plus ambitieuses jamais entreprises.

S’approcher d’une comète, graviter autour et atterrir dessus nécessite des manœuvres fort délicates. Nos connaissances sur la surface de la comète sont aujourd’hui très limitées, c’est pourquoi l’atterrissage de la sonde, pour se faire dans de bonnes conditions, ne pourra se préparer qu’une fois celle-ci arrivée à proximité.

Philae fournira les premières images jamais obtenues depuis la surface d’une comète et procèdera à la première analyse in situ de la composition du noyau d’un tel corps céleste en forant depuis sa surface.

Philae ne sera que le second objet artificiel à se poser sur un astre extrêmement éloigné de la Terre. Il s’approchera alors du record détenu depuis janvier 2005 par la sonde Huygens, qui s’est posée sur Titan, satellite de Saturne situé à une distance de 1,3 milliard de kilomètres de la Terre. Philae comme Huygens sont des véhicules spatiaux de l’ESA.

Enfin, Rosetta deviendra le premier engin spatial à observer de près l’évolution d’une comète à mesure que cette dernière est soumise à un rayonnement solaire de plus en plus intense.

Retransmission de la conférence de presse sur Internet

Cette conférence de presse sera retransmise en direct sur Internet à l’adresse suivante : http://www.livestream.com/eurospaceagency.

Pour toute information complémentaire, veuillez consulter la page suivante : http://www.esa.int/rosetta.

Questions

Les représentants des médias qui ne pourront assister à la conférence peuvent poser toutes leurs questions :

– À l’avance, par courrier électronique envoyé à l’adresse suivante : esoc.communication@esa.int

– Pendant la conférence (par téléphone), en composant le numéro prévu à cet effet : +49 6150 90 4356

– Pendant la conférence (grâce aux médias sociaux) via Twitter (hashtag #askrosetta)

Programme de la conférence de presse du 10 décembre 2013 à l’ESOC

09h30 Ouverture des portes

10h00 Allocution de bienvenue
Jocelyne Landeau-Constantin, Responsable de la Communication à l’ESOC

10h05 Les comètes, gardiennes de la mémoire de l’univers : les objectifs scientifiques de la mission Rosetta
Mark McCaughrean, conseiller scientifique senior, Direction Science et Exploration robotique

10h20 L’année de tous les dangers pour Rosetta : défis majeurs de la chasse à la comète
Paolo Ferri, Chef des opérations des missions

10h35 Le rôle de la France dans le cadre de la mission Rosetta
Philippe Gaudon, Chef de projet Rosetta au CNES

10h45 Le rôle de l’Allemagne dans le cadre de la mission Rosetta
Koen Geurts, Directeur technique responsable de l’atterrisseur de Rosetta au DLR

10h55 La campagne de communication sur Rosetta menée par l’ESA
Markus Bauer, Responsable de la communication scientifique

11h10 Séance de questions-réponses

11h30 Possibilités d’interviews et visite du modèle d’ingénierie de Rosetta (en vraie grandeur) ainsi que de la salle de contrôle de la mission.

Accréditation des journalistes

Les journalistes sont priés de s’inscrire avant le 9 décembre à 12h00 (heure de Paris), à l’adresse suivante :
http://www.esa.int/rosetta_media_briefing_101213

Indications pour se rendre à l’ESOC :
http://www.esa.int/About_Us/ESOC/Getting_to_ESOC

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d’accès de l’Europe à l’espace. L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l’Europe et à faire en sorte que les investissements dans l’espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte 20 États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. 18 d’entre eux sont également membres de l’Union européenne (UE).

L’ESA a signé des accords de coopération avec 8 autres États membres de l’UE. Le Canada participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

L’ESA coopère également avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L’ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l’Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, elle lance des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, elle envoie des sondes jusqu’aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d’exploration humaine de l’espace.

Pour en savoir davantage, consultez le site Internet www.esa.int

Pour plus d’information:

ESA – Bureau Relations avec les médias
Email: media@esa.int
Tel: + 33 1 53 69 72 99



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

81


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.