ESA
19-avr-2014

Back to Index

English  |  German

N° 18–2013: Arrivée de Luca Parmitano, astronaute de l’ESA, à la Station spatiale internationale

29 mai 2013

Un vaisseau Soyouz lancé depuis le Kazakhstan hier soir s’est amarré avec succès à la Station spatiale internationale (ISS) ce matin. Ses passagers, Luca Parmitano, astronaute de l’ESA, et ses coéquipiers, vivront et travailleront à bord de l’avant-poste orbital pendant les cinq prochains mois.

À bord de la capsule Soyouz se trouvaient, outre M. Parmitano, le commandant russe Fiodor Iourtchikhine et l’astronaute de la NASA Karen Nyberg. Tous trois feront partie de l’équipage des expéditions 36 et 37 en tant qu’ingénieurs de bord. Le nom de la mission de M. Parmitano, « Volare », symbolise la volonté de repousser toujours plus loin les limites et de faire de nouvelles découvertes. Luca Parmitano, qui fait partie du Corps des astronautes de l’ESA, est en mission à bord de l’ISS dans le cadre d’un accord bilatéral entre l’Agence spatiale italienne (ASI) et la NASA.

La capsule Soyouz TMA-09M a quitté le port spatial de Baïkonour le 28 mai à 20 h 31 min 24 s TU (22 h 31 min 24 s heure de Paris, soit le 29 mai à 02 h 31 min 24 s heure locale) pour atteindre son orbite neuf minutes plus tard.

À l’issue d’une série de manœuvres durant lesquelles il a fait quatre fois le tour de notre planète, le vaisseau Soyouz s’est amarré au module Rassvet de la Station cinq heures et 39 minutes après son décollage.

Ce n’est que la deuxième fois qu’un véhicule parvient à l’ISS aussi rapidement ; la procédure employée par le passé durait deux jours, c’est-à-dire huit fois plus longtemps. M. Parmitano est le premier ingénieur de bord européen à assumer les fonctions de co-pilote d’un vaisseau Soyouz lors de cette procédure accélérée.

La capsule Soyouz s’est amarrée comme prévu à 02h10 TU (04h10 heure de Paris), et ses passagers ont pu pénétrer dans leur demeure spatiale à l’ouverture de l’écoutille à 04h14 TU (06h14 heure de Paris). Ils ont été accueillis par le commandant de la Station, Pavel Vinogradov (Roskosmos), ainsi que par les autres membres de l’équipage, à savoir Alexander Missourkine (Roskosmos) et Chris Cassidy (NASA).

Les nouveaux arrivants ont désormais une semaine pour s’adapter aux sensations exceptionnelles propres à la vie en apesanteur, après quoi l’emploi du temps de M. Parmitano sera très chargé pendant les 166 jours qu’il passera à bord de l’ISS, jusqu’à son retour le 10 novembre prochain.

En effet, le programme scientifique de l’astronaute italien reflète la diversité des recherches menées à bord de la Station. Il comprend une vingtaine d’expériences à mener pour le compte de l’ESA, dans les domaines de la recherche médicale et biologique, de la physique des fluides et de la science des matériaux, ainsi que des démonstrations technologiques.

En tant qu’ingénieur de bord, M. Parmitano participera à l’amarrage du quatrième véhicule de transfert automatique (ATV) de l’ESA, baptiséAlbert Einstein, dont le lancement est prévu le 5 juin prochain. Les ATV sont les ravitailleurs ayant la plus grande capacité d’emport parmi tous ceux qui font actuellement la liaison entre la Terre et l’ISS ; leur cargaison revêt une importance capitale, ils procèdent à des rehaussements d’orbite et sont capables de déplacer les 420 tonnes de la structure de l’ISS quand celle-ci se trouve sur la trajectoire de débris spatiaux dangereux.

En outre, l’astronaute de l’ESA participera activement aux manœuvres d’accostage d’autres ravitailleurs au cours de sa mission, comme le HTV japonais, le Dragon de SpaceX et le nouveau Cygnus d’Orbital Science Corporation.

Parmi les autres temps forts de la mission « Volare » figurent deux sorties dans l’espace durant lesquelles M. Parmitano devra procéder au remplacement d’une caméra installée sur le laboratoire japonais Kibo et aller récupérer du matériel scientifique. L’une de ses sorties dans l’espace aura pour objet de préparer l’arrivée du module laboratoire polyvalent russe, prévue avant la fin de l’année. Il sera accompagné du bras télémanipulateur européen (ERA), qui sera le premier bras à pouvoir se déplacer à l’extérieur de la Station.

La vie et le travail dans l’espace de M. Parmitano rempliront également une mission éducative et seront une source d’inspiration pour la jeunesse du monde entier. Aussi le concours international Mission-X a-t-il pour but d’inciter les enfants à faire du sport et à adopter un mode de vie sain. Les adolescents des États membres de l’ESA pourront de leur côté participer à un concours dans le domaine de la robotique spatiale consistant à concevoir des robots télécommandés permettant de décharger le contenu d’une maquette de l’ATVAlbert Einstein.

Luca Parmitano est le premier astronaute de la promotion 2009 du Corps des astronautes de l’ESA à avoir été affecté à une mission dans l’espace. Trois autres astronautes issus de cette promotion suivent actuellement une formation en vue de participer à des missions de longue durée à bord de l’ISS. Il s’agit d’Alexander Gerst (expéditions 40 et 41, lancement prévu en mai 2014), de Samantha Cristoforetti (expéditions 42 et 43, lancement prévu en novembre 2014) et de Timothy Peake (expéditions 46 et 47, lancement prévu en novembre 2015). Les deux autres astronautes, Andreas Mogensen et Thomas Pesquet, seront affectés à des missions au cours de la période 2015-2017.

Pour obtenir davantage d’informations sur la mission « Volare », consultez la page Internet suivante : www.esa.int/Volare

Suivez la mission « Volare » grâce à des interventions en direct de Luca Parmitano et des directeurs de mission à l’adresse suivante : blogs.esa.int/Luca-Parmitano

Suivez Luca Parmitano sur Twitter : @astro_luca

 

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) est la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l’Europe et à faire en sorte que les investissements dans l’espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte vingt États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-huit d’entre eux sont également membres de l’Union européenne (UE).

L’ESA a signé des accords de coopération avec huit autres États membres de l’UE et conduit actuellement des discussions sur un accord avec la Bulgarie. Le Canada participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

L’ESA coopère également activement avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L’ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l’Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, elle lance des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, elle envoie des sondes jusqu’aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d’exploration humaine de l’espace.

Pour en savoir plus : www.esa.int

 

Pour plus d’information:

ESA - Bureau Relations avec les médias
Email: media@esa.int
Tel: +33 1 53 69 72 99



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

24


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.