ESA

Back to Index

English  |  German Full story

N° 21–2002: Envisat livre ses premières observations sur l'état de santé de la planète

28 mars 2002

Un nouveau bilan de santé complet de la Terre est en cours depuis le 1er mars, date à laquelle l'Agence spatiale européenne (ESA) a lancé son satellite Envisat à bord d'une Ariane 5 depuis le port spatial de l'Europe, en Guyane française. Il s'agit du plus grand et du plus élaboré des satellites d'observation de la Terre qui ait jamais été construit.

Après le déploiement des panneaux solaires et des antennes, les dix instruments embarqués sur le satellite ont été mis sous tension et vérifiés un par un : tous sont parfaitement opérationnels.

Le satellite fonctionne normalement et commence à nous livrer des informations sur l'atmosphère, les océans, les terres émergées et les glaces, renouvelant et enrichissant notre vision des questions liées à la surveillance de l'environnement et au changement climatique à l'échelle du globe.

ENVISAT va apporter des données inédites grace à de nouveaux capteurs et compléter les informations déjà acquises au cours des dix dernières années par les satellites ERS-1 et ERS-2 de l'ESA. Ceux-ci nous ont déjà apporté de précieuses informations sur l'impact des activités humaines sur l'environnement et grâce auxquels des problèmes comme l'appauvrissement de la couche d'ozone et la pollution figurent désormais au premier plan des préoccupations des pouvoirs publics et des médias.

Les premières données transmises par le satellite ont été recueillies par la station de Kiruna, en Suède, et traitées par l'ESRIN, l'un des établissements de l'ESA, ainsi que par les centres de traitement et d'archivage répartis à travers l'Europe.

Les instruments ASAR et MERIS ont livré des premières informations d'une qualité exceptionnelle, comme en témoignent les acquisitions de données couvrant différentes zones de l'Antarctique et de l'Afrique de l'Ouest.

ENVISAT a pu observer à temps l'effondrement de la banquise Larsen B, dans l'Antarctique. L'affaissement de cette banquise de 3250 km2, bien visible sur l'image transmise par l'instrument ASAR, est le dernier évènement spectaculaire qui se soit produit dans cette région de l'Antarctique, qui connaît depuis un demi-siècle un réchauffement sans précédent.

Au cours du mois dernier, la banquise de 200 m d'épaisseur s'était fragmentée en petits blocs et icebergs qui se déplaçaient depuis la zone située au Sud de Seal Nunataks en dérivant vers la mer de Weddell et se présentaient sur l'image radar comme une bande à pouvoir réfléchissant moyen à élevé. Cet événement spectaculaire fait suite à une série de retraits des glaces le long de la péninsule Antarctique. Ces retraits sont attribués à l'accélération du réchauffement climatique dans la région. La température augmente en moyenne d'environ 0,5 degrés Celsius par décennie, et ceci depuis au moins la fin des années 40.

Les données acquises par ENVISAT et celles recueillies par les satellites ERS depuis 1992 montrent le phénomène de régression de la banquise Larsen B et d'autres plates-formes de glace, qui constitue un important indicateur du changement climatique dans les régions polaires.

Ces données satellitaires présentent un intérêt fondamental non seulement pour la compréhension du mouvement des glaces et des phénomènes d'interaction entre glaces et climat, mais aussi pour la connaissance de la circulation océanique à l'échelle du globe.

L'un des dix instruments embarqués à bord d'ENVISAT, le spectromètre imageur MERIS mesure la " couleur " de l'océan, permettant ainsi de quantifier la concentration de chlorophylle. Les concentrations de phytoplancton élevées dans les zones de remontées d'eau froide ont ainsi été détectées le long des côtes de l'Afrique de l'Ouest dès le lendemain de la mise en service de l'instrument.

Cet instrument est capable de fournir des informations continues, synoptiques pour l'océan mondial et en particulier sur les zones dynamiques de remontée d'eau froide, comme celles de la Mauritanie. Ces observations sont utiles à la gestion des stocks halieutiques car les principaux lieux de pêche se trouvent dans des zones de remontée d'eau qui sont très productives. Lorsque le processus de remontée d'eau froide est perturbé, comme c'est le cas le long des côtes péruviennes avec le phénomène El Nino, c'est toute l'industrie régionale de la pêche qui s'effondre. Toute modification du climat influerait sur l'intensité et la position géographique de ces zones de remontée d'eau, ce qui aurait d'importantes conséquences sur l'économie locale et la qualité de vie dans les régions concernées.

La production primaire des océans peut être estimée à partir des informations sur la chlorophylle telles que fournies par MERIS. Ces connaissances permettent une meilleure compréhension du cycle du carbone.

Grâce à ses capacités d'observation et à la synergie de tous ses instruments, ENVISAT nous aidera à mieux comprendre les interactions entre le vent, la température et la croissance du phytoplancton.

Avec ENVISAT, l'Europe dispose d'un nouvel outil puissant de suivi des principaux phénomènes associés à la transformation de l'environnement et du climat de notre planète. Le satellite va accroître nos capacités de surveillance, nous fournir des informations qui permettront de donner l'alerte et d'effectuer des bilans précis de l'état de notre planète qui aideront à contrôler le respect des principales conventions internationales sur l'environnement, notamment le Protocole de Kyoto. C'est dans ce cadre que l'Europe s'est récemment engagée à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 8 % par rapport aux niveaux de 1990 à l'horizon 2008-2012.

***********************************

ENVISAT, satellite de la taille d'un bus pesant 8000 kg, a été placé en orbite polaire à une altitude de 800 km. C'est un observatoire spatial automatique doté de 10 instruments ultra-sophistiqués d'observation de la Terre.

Il fournira à une vaste communauté d'utilisateurs des produits de données utiles à la recherche sur les sciences de la Terre, au développement de projets pilotes, aux services publics et à diverses applications commerciales.

Pendant ses cinq années d'exploitation en orbite, ENVISAT va jouer un rôle de premier plan dans la mise en œuvre de l'initiative européenne de Surveillance mondiale pour l'environnement et la sécurité (GMES).

On trouvera des informations complémentaires et des images à haute résolution d'ENVISAT sur le site web de l'ESA à l'adresse http://www.esa.int/envisat/

Des informations sur le projet ENVISAT sont également disponibles sur le site http://envisat.esa.int

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

ESA, Bureau des relations avec les médias

Tél : +33(0)1.53.69.71.55

Fax : +33(0)1.53.69.76.90

Pour plus d’information:

ESA, Bureau des relations avec les médias
Tel: +33(0)1.5369.7299
Fax: +33(0)1.5369.7690



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

13


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.