ESA

Back to Index

English  |  German Full story

N° 43–2005: Etude d’alitement WISE : la seconde campagne est lancée

4 octobre 2005

La seconde campagne de l’étude d’alitement WISE (Women’s International Space Simulation for Exploration) est pleinement lancée. Depuis le 1er octobre, les 12 participantes sont allongées sur des lits inclinés à – 6 degrés, les pieds légèrement surélevés par rapport à la tête. Pendant 60 jours, elles ne quitteront pas cette position, quelles que soient leurs activités. Cette posture entraîne des changements physiologiques semblables à ceux observés sur les astronautes pendant les vols spatiaux. L’expérience a pour but d’étudier dans quelle mesure l’alimentation et l’exercice physique peuvent pallier les effets néfastes de l’absence prolongée de gravité, que ces conditions d’alitement permettent de simuler.

Les participantes à cette seconde campagne sont arrivées deux par deux à la Clinique spatiale du MEDES, située à l’Hôpital Rangueil à Toulouse, à partir du 6 septembre. Avant la phase d’alitement, qui durera 60 jours, une période de 20 jours a permis de recueillir les données physiologiques de base qui serviront de référence pendant toute la durée de l’étude. Ainsi, les deux premières volontaires sont alitées depuis le 26 septembre.

Des femmes de toute l’Europe ont répondu à l’appel à candidatures lancé pour cette seconde campagne. Comme prévu, douze d’entre elles ont été sélectionnées : sept Françaises, trois Finlandaises, une Suisse et une Britannique. Les 12 sujets ont été répartis en trois groupes de quatre. Un premier groupe témoin ne recevra aucun stimulus extérieur au cours des 60 jours d’alitement. Un deuxième poursuivra un programme d’activités physiques tout en restant alité, tandis qu’un troisième recevra des compléments nutritionnels.

Peter Jost, responsable du projet WISE à l’Agence spatiale européenne, se félicite du démarrage de la seconde campagne. « Bien qu’il soit encore trop tôt pour formuler des conclusions définitives, les résultats initiaux de la première campagne montrent que les mesures palliatives testées ont eu un effet bénéfique sur la santé des participantes. Le programme d’activités physiques semble leur avoir permis de conserver une certaine capacité d’endurance (capacité aérobique) et de présenter, à la fin de la période d’alitement, une meilleure tolérance orthostatique – c’est-à-dire une meilleure capacité à renouer avec la position verticale sans éprouver de sensations de vertige. Les deux types de mesures palliatives testées ont mis en évidence une diminution de la résistance à l’insuline. Plus surprenant, les compléments nutritionnels ont apparemment protégé le système cardiovasculaire. Quoi qu’il en soit, il faut attendre les résultats de la seconde campagne avant de pouvoir tirer des enseignements valables, portant sur l’ensemble des objectifs de recherche des 12 protocoles d’expérimentation différents. Ces enseignements devront en effet avoir une valeur statistique et feront l’objet de publications dans des revues scientifiques spécialisées. »

Durant les 20 jours de la période de réhabilitation, qui suivra la phase d’alitement, les volontaires subiront, à des fins comparatives, des tests semblables à ceux de la période d’observation préliminaire. Les données recueillies dans le cadre de l’étude WISE permettront d’en savoir davantage sur des domaines spécifiques comme la fonction musculaire, les paramètres sanguins, le système cardiovasculaire, la coordination des mouvements, la formation osseuse et le bien-être psychologique.

L’étude permettra de recueillir des informations utiles à la préparation des vols spatiaux habités de longue durée. Elle bénéficiera aussi, par l’apport de connaissances qu’elle génèrera, à la recherche clinique sur Terre, et notamment à l’amélioration des méthodes de traitement des conséquences d’une immobilisation prolongée. L’observation dès les premiers stades des effets du manque d’activité au niveau moléculaire devrait confirmer l’importance de l’exercice physique régulier pour la prévention de maladies comme le diabète de type 2 et l’hypertension artérielle.

Cette étude est organisée dans le cadre d’une collaboration entre l’Agence spatiale européenne (ESA), le Centre national d’études spatiales (CNES), l’Administration nationale de l’aéronautique et de l’espace des Etats-Unis (NASA) et l’Agence spatiale canadienne (ASC). Les protocoles d’expérimentation ont été élaborés par un groupe international de chercheurs. Le MEDES (Institut français de médecine et de physiologie spatiales) s’est chargé de la sélection des volontaires. Il a également fourni le personnel médical, paramédical et technique.

Pour de plus amples précisions, l’ESA a conçu un site Internet consacré au projet WISE : http://www.spaceflight.esa.int/wise

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter :

Franco Bonacina

ESA - Service Relations avec les médias

Paris (France)

Tél : +33 1 53 69 71 55

Fax : +33 1 53 69 76 90

Dieter Isakeit

Centre des Utilisateurs Erasmus et Bureau de la Communication

Direction Vols habités, Microgravité et Exploration

Noordwijk (Pays-Bas)

Tél : +31 71 565 5451

Fax : +31 71 565 8008

Pour plus d’information:

ESA , Division des Relations avec les médias
Tel: +33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

15


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.