ESA

Back to Index

English  |  German

N° 14–2002: L'ESA et la Commission donnent le coup d'envoi au plan d'action concernant l'initiative de surveillance globale pour l'environne

21 mars 2002

Antonio Rodotà, Directeur général de l'ESA, et Philippe Busquin, Commissaire européen de la Recherche en charge de la politique spatiale, ont ouvert aujourd'hui à Bruxelles la première réunion du Comité de pilotage GMES. Cette réunion rassemble pour la première fois utilisateurs et fournisseurs des services et des technologies GMES. Le Comité de pilotage contribuera à la mise en œuvre du plan d'action commun ESA/UE concernant l'initiative GMES. L'objectif de l'ESA et de l'Union européenne (UE) est de mettre au point une capacité européenne autonome de surveillance à l'échelle du globe pour l'environnement et la sécurité, qui entre en service opérationnel d'ici 2008.

L'initiative GMES a pour objet de fédérer les activités de l'Europe dans le domaine de l'observation par satellite et de la télédétection de façon à apporter un soutien aux politiques gouvernementales. GMES améliorera l'utilisation des infrastructures et capacités existantes et prévues en Europe et développera des mécanismes de collecte et de diffusion de données en soutien des politiques européennes dans différents domaines comme l'environnement, la coopération en matière de développement, la protection civile et la lutte contre la fraude. GMES figure en bonne place dans la priorité accordée à l'aéronautique et au spatial dans le sixième Programme-cadre de recherche (2002-2006) de la Communauté. Parmi ses applications, on compte la surveillance de l'environnement à l'échelle mondiale, la détection des catastrophes naturelles, le suivi des migrations de réfugiés.

" GMES a été identifié, tout comme Galileo, comme un domaine prioritaire de coopération entre l'ESA et l'UE. L'ESA travaillera main dans la main avec la Commission afin d'établir un plan d'action pour GMES, de définir les services et les produits à proposer et de mettre en place une structure européenne appropriée ", commente Antonio Rodotà.

Le Comité de pilotage sera coprésidé par l'ESA et la Commission européenne et comprendra des représentants des États membres du Conseil européen, de l'Agence européenne de l'environnement, d'EUMETSAT et d'autres acteurs clés dans les domaines de la sécurité et de l'environnement.

GMES et Galileo, deux piliers de la politique spatiale européenne, sont réalisés conjointement par la Commission européenne et l'Agence spatiale européenne. La réunion qui s'ouvre aujourd'hui marquera une nouvelle étape de l'élaboration de cette politique. Elle a lieu juste après le lancement du satellite de l'ESA ENVISAT, le 1er mars, qui est le plus grand satellite d'observation de la Terre jamais réalisé et qui constitue une contribution essentielle à GMES. Elle précède en outre de quelques jours l'adoption officielle, par les ministres des Transports de l'Union européenne, du programme de navigation par satellite Galileo, après la décision favorable prise à Édimbourg par les ministres de l'Espace.

Rappel des faits

L'une des priorités fondamentales de l'initiative GMES est de mettre au point des applications et des services novateurs et axés sur les utilisateurs, dans les domaines distincts mais complémentaires de la surveillance globale pour l'environnement et de la sécurité. Alliant les technologies spatiales, terrestres et aéroportées, GMES contribuera à la mise au point d'applications et d'outils novateurs qui aideront les décideurs et les politiques aux niveaux européen, national et même local.

Le coût des catastrophes naturelles et anthropiques est très lourd tant sur le plan économique qu'humain, comme l'illustrent les chiffres suivants :

· France - dégâts dus aux inondations de 1999 : 500 millions d'euros ; · Etats-Unis - coûts annuels moyens des inondations : 1,8 milliard de dollars US et des tempêtes : 1,8 milliards de dollars US ; · coût de la marée noire provoquée par l'Amoco-Cadiz : 9,3 milliards d'euros ; · coût en vies humaines : au cours de la dernière décennie, 665 000 personnes ont péri dans des catastrophes naturelles. GMES, initiative conjointe de la Commission européenne et de l'Agence spatiale européenne, jouera un rôle fondamental dans la lutte contre ces catastrophes. Alliant les données d'ENVISAT et d'autres systèmes d'observation terrestres, aéroportés et maritimes, GMES permettra aux chercheurs, aux entreprises privées et aux pouvoirs publics en Europe de mieux surveiller l'évolution du climat, de détecter les atteintes à l'environnement et de réagir en cas d'urgence. Il apportera une contribution essentielle dans le domaine de la sécurité. Il devrait notamment contribuer à optimiser le trafic maritime par exemple, à améliorer les interventions transfrontalières en cas de catastrophe, à suivre les mouvements de réfugiés et à faciliter la distribution d'aide alimentaire et médicale.

A l'échelle mondiale, GMES fournira de nouveaux outils de vérification pour surveiller avec précision l'application de protocoles internationaux comme le protocole de Kyoto sur le changement climatique, ainsi que les accords en matière de sécurité et d'aide internationale. A l'autre bout de l'échelle, GMES aidera les autorités locales à déceler certains problèmes (comme l'érosion des côtes) et à mieux réagir en cas de catastrophe (inondation, coulée de boue, avalanche, incendie de forêt, etc.). Au niveau européen, au-delà des questions d'environnement et de sécurité, GMES fournira de nouvelles données objectives en soutien d'un vaste éventail de politiques communautaires concernant notamment le développement régional, les transports, l'agriculture, l'élargissement, le développement et la politique étrangère. Dans tous ces domaines, le 6ème programme-cadre rassemblera les acteurs, regroupera leurs besoins et fédèrera leurs efforts.

Ce programme ambitieux vise à consolider les capacités de l'Europe dans un secteur où celle-ci dépend actuellement des données fournies par d'autres sources. La réalisation d'une infrastructure GMES reposant sur une constellation de satellites représente également une opportunité intéressante pour l'industrie aérospatiale. Suite à la réunion du Conseil de l'ESA au niveau ministériel qui s'est tenue en novembre 2001 à Edimbourg, le financement du programme GMES est assuré sur les 5 prochaines années du côté de l'Agence.

Priorités et organisation de GMES

Pendant la " période initiale " de GMES, la priorité sera de fournir des services et des produits d'information pilotes sur les questions clés en matière d'environnement et de sécurité, d'évaluer les capacités disponibles actuellement et de définir une future infrastructure système.

Le Comité de pilotage GMES, mis en place le 19 mars 2002 à Bruxelles et composé de représentants de haut niveau des différents intervenants, conduira l'initiative et contribuera à la mise en œuvre du plan d'action GMES conjoint ESA/UE. En outre, un forum de haut niveau favorisera le dialogue entre toutes les parties concernées.

Pour davantage d'informations, veuillez contacter :

Michel Verbauwhede

Bureau de l'ESA à Bruxelles

Tel. : +32 (0)2.743.30.70

Fax : +32 (0)2.743.30.71

ESA - Bureau des relations avec les médias

Tél. : +33 (0)1 53 69 71 55

Fax : +33 (0)1 53 69 76 90

Pour plus d’information:

Bureau des Relations avec les Médias
Tel: +33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

9


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.