ESA

Back to Index

English  |  German

N° 46–2005: La ville de Nice accueille la première conférence internationale sur la sécurité spatiale

19 octobre 2005

Lors du 40ème congrès de la Fédération internationale d'astronautique (IAF) organisé à Pékin en octobre 1989, l'administrateur adjoint de la NASA chargé des questions de sécurité et d'assurance des missions, M. George Rodney, a conclu sa présentation sur les problèmes de sécurité de la Station spatiale internationale par la remarque suivante : "À long terme, il reviendra à l'ensemble des puissances spatiales d'assurer la sécurité des êtres humains dans l'espace, notre domaine commun."

En dépit de cette prévision, et contrairement à ce qui se passe depuis soixante ans dans le transport aérien où l'Organisation de l'Aviation civile internationale (OACI) est chargée de la sécurité aérienne, les problèmes liés à la sécurité des vols spatiaux sont encore réglés aujourd'hui au niveau de chaque État. La plupart des lois, règlements et accords régissant les activités spatiales sont inspirés par les besoins des agences gouvernementales. Au cours des récentes années, marquées par un accroissement de la coopération entre les puissances spatiales et l'arrivée de nouveaux acteurs comme le Brésil et la Chine, mais aussi par les premiers exemples privés de "tourisme spatial", il est apparu qu'il était temps de réformer et d'harmoniser le cadre juridique existant dans le domaine de la sécurité spatiale et de faciliter la mise en œuvre des projets commerciaux lancés par le secteur privé.

La promotion de la sécurité dans le domaine spatial ne constitue pas seulement une obligation morale, elle est également indispensable au développement des programmes spatiaux et à leur viabilité économique. Chaque accident retentit de manière considérable sur l'exploration et l'exploitation spatiales : il entraîne des retards de calendrier, mobilise un personnel peu nombreux, consomme des ressources financières limitées et entame la motivation du public et des responsables politiques pour de nouveaux projets.

Dans le domaine des vols habités, l'avenir appartient aux programmes internationaux plutôt qu'aux projets nationaux. Mais il subsiste des différences culturelles importantes qui peuvent accroître les risques en matière de sécurité. Cela concerne le travail des équipages et des équipes de développement et va bien au delà de la barrière des langues. Les disparités culturelles entraînent des approches différentes dans le domaine de la sécurité. Celles-ci trouvent leur origine dans des traditions, des expériences, un environnement différents, mais découlent également des politiques de chaque État et du degré d'acceptation des risques par le public.

Après une série d'accidents tragiques, qui ont frappé pratiquement toutes les puissances spatiales, et le lancement de nouveaux projets - publics et privés - de missions spatiales habitées, l'émergence du tourisme spatial et le développement de l'exploration au delà de l'orbite terrestre basse, vers la Lune et la planète Mars, il est temps de faire progresser la coopération internationale en matière de sécurité spatiale et de prendre un nouveau départ dans l'élaboration d'une réglementation harmonisée et cohérente qui aboutira peut-être à la création d'une organisation internationale spécialisée, à l'image de ce qu'est l'OACI pour l'aviation civile.

C'est là le but de la première Conférence de l'Association internationale pour la promotion de la sécurité spatiale (IAASS) qui se déroulera à Nice du 25 au 27 octobre prochain. Parrainée par l'ESA, la NASA et la JAXA, cette manifestation réunira des spécialistes appartenant aux agences spatiales, aux entreprises industrielles et aux instituts de recherche de toutes les puissances spatiales, y compris la Chine, l'Inde et le Brésil. Les leçons à tirer des accidents qui ont marqué la conquête spatiale, la prévention des erreurs humaines, la gestion des risques en matière de sécurité, la culture de la sécurité dans les différentes organisations, la sécurité pendant les missions habitées de longue durée, les nouvelles règles de sécurité en matière de tourisme spatial, figureront parmi les nombreux sujets abordés lors de la conférence.

"L'avenir appartient aux programmes spatiaux civils menés en coopération internationale. Celle-ci va devenir de plus en plus importante et exigera l'adoption de normes uniformes et de solutions innovantes en matière d'organisation" explique M. Tommaso Sgobba, Chef du Bureau Assurance produit et Sécurité de l'utilisation de l'ISS à la Direction Vols habités, Microgravité et Exploration de l'ESA, qui, en tant que Président de l'IAASS, organise la conférence de Nice.

D'autres informations sur la conférence de l'IAASS "Sécurité spatiale, un nouveau départ" et sur l'"Association internationale pour la promotion de la sécurité spatiale" sont disponibles sur Internet aux adresses suivantes :

http://www.congrex.nl/05a15

http://www.iaass.org

Pour de plus amples informations, merci de contacter :

Franco Bonacina

ESA - Chef de la Division Relations avec les médias

Direction des Relations extérieures

Siège de l'ESA - PARIS

Tél : +33 1 5369 7155

Fax : +33 1 5369 7690

Dieter Isakeit

Chef du Centre des Utilisateurs Erasmus et du Bureau de Communication

Direction Vols habités, Microgravité et Exploration

ESA/ESTEC Noordwijk (Pays-Bas)

Tél : +31 71 565 5451

Fax : +31 71 565 8008

Tommaso Sgobba

Chef du Bureau Assurance produit et Sécurité de l'utilisation de l'ISS

Direction Vols habités, Microgravité et Exploration

ESA/ESTEC - Noordwijk (Pays-Bas)

Tél : +31 71 565 4944

Fax : +31 71 565 6132

Pour plus d’information:

ESA, Division des Relations avec les Médias
Tel: +33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

39


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.