ESA

Back to Index

English  |  German

N° 73–2001: Pour explorer l'Univers numérique, l'Europe lance un projet d'observatoire virtuel d'astrophysique

5 décembre 2001

L'Europe lance une nouvelle initiative baptisée Observatoire virtuel d'astrophysique (AVO), qui offrira aux astronomes de fabuleuses possibilités de réaliser de nouvelles découvertes. Grâce à cet observatoire, les scientifiques pourront en effet combiner sans solution de continuité des données d'observations recueillies par des télescopes spatiaux et au sol et couvrant l'éventail complet des longueurs d'ondes - du rayonnement gamma de haute énergie jusqu'à l'infrarouge et aux ondes radio en passant par l'ultraviolet et le visible.

Avec l'AVO, les astronomes pourront instantanément accéder aux immenses bases de données actuellement mises en place par les observatoires du monde entier et reconstituer ainsi le ciel " en version numérique ".

Les scientifiques pourront par exemple extraire de ces données les traces fugaces du passage d'un astéroïde à proximité de la Terre et prédire ainsi l'évolution de sa trajectoire, voire donner l'alerte si cet objet menace d'entrer en collision avec la planète. Dans le cas de l'explosion cataclysmique d'une étoile géante en fin de vie (supernova), ils scruteront la représentation numérique du ciel pour y repérer l'étoile juste avant son explosion, apportant ainsi une précieuse contribution à l'étude de l'évolution stellaire.

De nos jours, les observatoires scrutent le ciel en continu, alimentant de façon massive les archives de données numériques. Compte tenu du rythme de croissance impressionnant de ces archives, les scientifiques disposent d'ores et déjà de plusieurs centaines de téraoctets de données, correspondant à plusieurs milliers de milliards de pixels, à partir desquelles le vrai ciel est reconstitué sous forme numérique. Ils se trouvent en présence d'une quantité écrasante de données et d'informations extrêmement complexes.

La question se posait donc de savoir comment gérer, diffuser et analyser ces données foisonnantes. Ce défi, l'Europe compte le relever avec l'Observatoire virtuel d'astrophysique, qui permettra aux astronomes de " mettre l'Univers en ligne ".

Financé par la Commission européenne dans le cadre de son plan de recherche & développement technologique (TRD), le projet triennal AVO a pour objectif de concevoir et réaliser un observatoire virtuel au profit des astronomes européens. La Commission a passé un contrat de 4 millions d'euros pour mener à bien ce projet, qui a démarré le 15 novembre 2001. Les outils logiciels développés dans le cadre d'AVO permettront aux astronomes d'accéder par l'internet à des archives de données couvrant des longueurs d'ondes multiples et, partant, d'élucider certains mystères fondamentaux de l'Univers par l'analyse du ciel numérique. Par comparaison, toute recherche similaire fondée sur l'observation du " vrai " ciel serait d'un coût prohibitif et durerait bien trop longtemps.

Préfiguration d'un observatoire virtuel mondial

Ce besoin de créer des observatoires virtuels a également été reconnu par d'autres communautés d'astronomes. La National Science Foundation (Etats-Unis) a investi 10 millions de dollars (11,4 millions d'euros) dans un projet d'observatoire virtuel national (NVO). Le projet AVO a d'ailleurs noué des liens de partenariat étroits avec NVO et chacune des équipes a des représentants dans les comités de l'autre. Il est clair pour les communautés d'astronomes d'AVO et de NVO qu'il n'existe pas de limite inhérente au concept d'observatoire virtuel et que tous les astronomes devraient œuvrer à la constitution d'un observatoire virtuel véritablement mondial, permettant de conduire des recherches innovantes à partir de la moisson de données d'astronomie stockées dans les nombreuses archives internationales de toute première catégorie.

Le projet AVO réunit plusieurs partenaires travaillant sous la direction de l'Organisation européenne de recherches astronomiques dans l'hémisphère austral (ESO), installée à Munich. Ces partenaires sont les suivants : l'Agence spatiale européenne (ESA), le consortium ASTROGRID (Royaume-Uni), le Centre de Données Astronomiques de Strasbourg (CDS), qui dépend du CNRS et qui a son siège à l'Université Louis Pasteur de Strasbourg, le Centre de données astronomiques TERAPIX, entité également rattachée au CNRS mais implantée à l'Institut d'Astrophysique de Paris, et l'Observatoire de Jodrell Bank à l'Université de Manchester.

Note aux rédactions

Une vidéo de 13 minutes (PAL) traitant des grandes lignes de ce projet est disponible auprès du service Relations publiques de l'ESO et du Centre d'information sur le télescope Hubble de l'ESA (voir adresses ci-dessous). Cette vidéo sera également diffusée par satellite mercredi 12 décembre 2001 de 12h00 à 12h15 (heure de Paris) par le service de télévision de l'ESA : http://television.esa.int

Contacts AVO :

Peter Quinn

Organisation européenne de recherches astronomiques dans l'hémisphère austral (ESO), Garching, Allemagne

Tél : +49-89-3200-6509 (089 à partir de l'Allemagne)

E-mail: pjq@eso.org

Piero Benvenuti

ESA

Centre européen de coordination du télescope spatial (ST-ECF), Garching, Allemagne

Tél : +49-89-3200-6290 (089 à partir de l'Allemagne)

E-mail: pbenvenu@eso.org

Andy Lawrence

Institut d'astronomie, Université d'Édimbourg, Royaume-Uni (pour le compte du consortium ASTROGRID : Belfast, Cambridge, Édimbourg, Leicester, Manchester, Londres, Rutherford Laboratory)

Tél : +44-131-668-8346/56 (0131 à partir du Royaume-Uni)

E-mail: al@roe.ac.uk

Françoise Genova

Centre de Données Astronomiques de Strasbourg (CDS), France

Tél : +33-390-24-24-76

E-mail: genova@astro.u-strasbg.fr

Yannick Mellier

CNRS, Délégation Paris A (CNRSDR01-Terapix)/IAP/INSU, France

Tél : +33-1-44-32-81-40

E-mail: mellier@iap.fr

Phil Diamond

Université de Manchester/Observatoire de Jodrell Bank, Royaume-Uni

Tél : +44-147-757-2625 (0147 à partir du Royaume-Uni)

E-mail: pdiamond@jb.man.ac.uk

Contacts presse

Richard West

Relations publiques ESO, Garching, Allemagne

Tél : +49-(0)89-3200-6276 (089 à partir de l'Allemagne)

E-mail: rwest@eso.org

Lars Lindberg Christensen

ESA/ Centre européen d'information sur le télescope Hubble, Garching, Allemagne

Tél : +49-89-3200-6306 (089 à partir de l'Allemagne)

Portable (24 h): +49-173-38-72-621 (0173 à partir de l'Allemagne)

E-mail: lars@eso.org

Ray Footman

Consortium ASTROGRID/Université d'Édimbourg, Royaume-Uni

Tél : +44-131-650-2249 (0131 à partir du Royaume-Uni)

E-mail: r.footman@ed.ac.uk

Philippe Chauvin

Terapix/CDS

CNRS, Délégation Paris A, IAP/INSU, France

Tél : +33 1 44 96 43 36

E-mail: philippe.chauvin@cnrs-dir.fr

Agnès Villanueva

Université de Strasbourg

Tél : +33 3 90 24 11 35

E-mail: agnes.villanueva@adm-ulp.u-strasbg.fr

Ian Morrison

Université de Manchester/Observatoire de Jodrell Bank, Royaume-Uni

Tél: +44 1477 572610

E-mail: im@jb.man.ac.uk

Liens

Site Web du projet AVO :

http://www.eso.org/projects/avo/index.html

Partenaires

NVO: http://www.us-vo.org/

TOWARD AN INTERNATIONAL VIRTUAL OBSERVATORY, conférence prévue du 10 au 14 juin 2002 :

http://www.eso.org/gen-fac/meetings/vo2002/

Pour plus d’information:

Bureau des Relations avec les Médias
Tel: +33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

15


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.