ESA

Back to Index

English  |  German Full story

N° 58–2002: Un super Meteosat en orbite

29 août 2002

Près de vingt-cinq ans après le lancement du tout premier satellite Meteosat, en novembre 1977, le premier exemplaire de la nouvelle génération de satellites européens de veille météorologique a été mis en orbite à son tour et s'apprête à donner une nouvelle dimension au suivi climatique de notre planète.

Le 28 août, à 19 h 45 locales (22 h 45 GMT), un lanceur européen Ariane 5 a décollé du Centre Spatial Guyanais, Port Spatial de l'Europe, à Kourou, en Guyane Française. Les deux charges utiles dont MSG-1, le premier satellite du programme Meteosat Seconde Génération, ont été placées en orbite de transfert géostationnaire. Dans les semaines qui viennent, sous le contrôle du centre opérationnel ESOC de l'ESA à Darmstadt, en Allemagne, ce satellite effectuera une série de manœuvres à l'aide de son propre système de propulsion afin de rejoindre son orbite géostationnaire définitive. " Au moment où les Chefs d'Etat débatent à Johannesburg des conditions d'un développement global et durable de notre Planète, l'ESA est fière de mettre en œuvre pour le compte d'EUMETSAT et de nombreux utilisateurs un satellite qui permettra d'améliorer la prévision météorologique, la compréhension des changements climatiques en cours et la question de l'eau sur la Terre " a déclaré José Achache, Directeur du Programme de l'Observation de la Terre à l'ESA.

Construit par Alcatel Space Industries avec la participation d'une équipe de plus de 50 industriels européens, MSG-1 a été développé par l'ESA (l'Agence spatiale européenne) pour le compte d'EUMETSAT, l'organisation européenne d'exploitation des satellites météorologiques.

Eumetsat prendra MSG-1 en charge dès la fin septembre, après la vérification de ses systèmes en orbite, afin de procéder à la recette de la charge utile. Une première image devrait être fournie par le satellite à la fin du mois d'octobre. Environ un an après son lancement, MSG-1 sera mis en service opérationnel au dessus de l'Equateur, à O° de longitude, où il remplacera Meteosat 7 en tant que satellite principal pour la veille météorologique et climatologique.

Deux fois et demi plus gros que les Meteosat 1 à 7, MSG-1 est un satellite cylindrique de 3,22 mètres de diamètre pour 3,74 mètres de haut. Au décollage, sa masse atteignait 2 tonnes, dont près de la moitié était constituée par les ergols nécessaires à sa mise et son maintien à poste pendant les 7 années que durera sa mission.

Le programme MSG a pour objectif de poursuivre le succès des missions Meteosat avec la mise en orbite de nouveaux capteurs plus puissants et plus précis pour l'observation en continu de l'atmosphère de la Terre jusqu'à l'horizon 2014. Les satellites MSG vont ainsi poursuivre la veille conduite sans interruption par leurs prédécesseurs depuis un quart de siècle, engrangeant une multitude de données indispensables à la compréhension et à la modélisation des activités climatiques de notre planète.

Sa charge utile comporte deux instruments principaux : les radiomètres SEVIRI et GERB.

L'imageur SEVIRI (Spinning Enhanced Visible & Infrared Imager) sera capable de fournir tous les quarts d'heure (au lieu d'1/2 heure avec Meteosat) une image de l'hémisphère observée par le satellite dans 12 bandes de fréquence différentes du spectre visible et infrarouge, soit 4 fois plus que Meteosat. Cet enrichissement du spectre des observations représente une avancée majeure pour l'amélioration des modèles météorologiques numériques. De plus, en réduisant de 30 à 15 minutes le rafraîchissement des données, MSG-1 permettra aux climatologistes et aux météorologues de déceler plus facilement le déclenchement des phénomènes à évolution rapide, comme les orages, les tempêtes de neige ou les bancs de brouillard. De même, une résolution au sol de 1 km dans le spectre visible au lieu de 2,5 km précédemment autorisera l'observation et le suivi de phénomènes localisés.

Le radiomètre GERB (Geostationary Earth Radiation Budget) fournira des données essentielles sur le bilan radiatif de la Terre, c'est-à-dire le rapport entre la quantité d'énergie reçue du Soleil par notre planète et la quantité d'énergie rayonnée en retour. Ce bilan radiatif, encore largement mal connu, joue un rôle crucial dans l'équilibre climatique de la planète.

MSG-1 emporte également une charge utile pour la collecte et la retransmission, quasiment en temps réel, d'observations recueillies par des stations automatiques au sol. Un répéteur spécial relayera en outre les signaux de détresse émis par des navires, des avions ou tout autre véhicule équipé d'une balise du système international de recherche et de sauvetage COSPAS-SARSAT.

MSG-1 sera suivi par deux autres satellites identiques, intégralement pris en charge par Eumetsat. Le lancement de MSG-2 est actuellement prévu pour le début 2005 et celui de MSG-3 pour le printemps 2009. La réalisation d'un quatrième satellite est à l'étude pour la poursuite du programme au delà de 2014.

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

ESA, Service des Relations avec les médias

Tel: +33(0)1.53.69.7155

Fax: +33(0)1.53.69.7690

Pour plus d’information:

ESA, Service des Relations avec les médias
Tel: +33.(0)1.5369.7155
Fax: +33.(0)1.5369.7690



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

10


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.