Back to Index English German
Agency

N° 33–2018: L’Europe lance avec succès son troisième satellite météorologique en orbite polaire

7 November 2018

MetOp-C, troisième satellite de la famille MetOp, a décollé du Port spatial de l’Europe en Guyane à bord d’un lanceur Soyouz. Sa mission : continuer de fournir, depuis l’orbite polaire, les données nécessaires à l’établissement de prévisions météorologiques.

Le véhicule Soyouz, à bord duquel se trouvait le satellite MetOp-C, dont la masse atteint 4 083 kg, a décollé le 7 novembre à 00:47 TUC (01:47 heure de Paris). Quelque 60 minutes plus tard, l’étage supérieur du Soyouz a placé MetOp-C sur orbite, et le contact avec ce dernier a été établi grâce à la station sol de Yatharagga en Australie.

MetOp-C est le dernier de la série actuelle de satellites du même nom ; MetOp-A avait été lancé en 2006, et MetOp-B, en 2012.

Les satellites MetOp sont développés par l’ESA, dans le cadre d’un accord de coopération visant à mettre en place le segment spatial du Système polaire d'EUMETSAT, lequel est la contribution européenne au déploiement d’un système polaire multi-orbite commun avec l’Administration nationale des océans et de l'atmosphère (NOAA) des États-Unis.

Stéfane Carlier, Responsable du projet MetOp à l’ESA, a expliqué : « Les satellites MetOp sont équipés de divers capteurs qui mesurent la température, l’humidité, les gaz à l’état de traces, l’ozone et la vitesse des vents marins. »

Josef Aschbacher, Directeur des Programmes d’observation de la Terre de l’ESA, a déclaré : « Le programme MetOp montre à quel point il importe de savoir coopérer ; de tels résultats n’ont pu être obtenus que grâce à l’étroite collaboration entre l’ESA et EUMETSAT.

En effet, il revient à l’ESA de concevoir, de fabriquer et de lancer des satellites répondant aux besoins d’EUMETSAT. Ces satellites sont équipés avec des instruments développés en Europe et aux États-Unis.

MetOp-A a été le tout premier satellite météorologique européen à orbiter autour de la Terre de pôle à pôle, à une altitude d’environ 800 km, venant ainsi compléter la série des missions Meteosat menées de longue date en orbite équatoriale, à quelque 36 000 km d’altitude.

On avait pensé que chaque satellite viendrait se substituer à son prédécesseur, mais du fait de leur robustesse extraordinaire, les satellites MetOp-A et MetOp-B continuent tous deux de fonctionner parfaitement. Grâce à MetOp-C, cette mission se poursuit donc en s’appuyant sur une constellation de trois satellites, laquelle permet de disposer d’encore plus de données à des fins de prévisions météorologiques.

Le satellite est désormais entre les mains de l’équipe chargée des opérations en vol de l’ESA, basée en Allemagne, pour la phase de trois jours de début de fonctionnement en orbite, avant le transfert de cette responsabilité à EUMETSAT. »

Alain Ratier, Directeur général d’EUMETSAT, a déclaré quant à lui : « Au nom d’EUMETSAT, je tiens à exprimer ma reconnaissance envers Arianespace pour ce nouveau lancement réussi, après ceux de MetOp-A et de MetOp-B.

Nous sommes maintenant prêts à succéder au Centre européen d’opérations spatiales (ESOC) de l’ESA pour procéder, jusqu’à la fin du mois de janvier, à la recette en orbite du satellite et de ses instruments, en collaboration avec l’ESA, le CNES et la NOAA. Après cela, les équipes scientifiques d’EUMETSAT valideront les produits obtenus avec des utilisateurs experts, de manière à ce que nous puissions fournir des produits en temps réel aux utilisateurs au printemps 2019.

Grâce à ses trois satellites opérationnels en orbite, le Système polaire d'EUMETSAT permettra d’améliorer les prévisions météorologiques jusqu’à dix jours, ce qui sera profitable à la fois aux citoyens européens et à notre économie.

MetOp-C favorisera en outre une transition en douceur avec le Système polaire EUMETSAT de deuxième génération, développé en coopération avec l’ESA. L’objectif est de lancer le premier satellite MetOp de deuxième génération en 2022. »

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) constitue la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à œuvrer au développement des capacités spatiales de l’Europe en veillant à ce que les investissements dans le secteur spatial bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte vingt-deux États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. La Slovénie a le statut de membre associé.

L’ESA a mis en place une coopération officielle avec six autres États membres de l’UE. Par ailleurs, le Canada participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel. Elle coopère en particulier avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus ainsi qu’avec EUMETSAT pour le développement de missions météorologiques.

Grâce aux lanceurs, aux satellites et aux moyens sol développés par l’ESA, l’Europe joue un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, l’ESA développe et place en orbite des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, expédie des sondes jusqu’aux confins du Système solaire et participe à l’exploration humaine de l’espace. L’ESA mène également un vaste programme d’applications couvrant le développement de services dans le domaine de l’observation de la Terre, de la navigation et des télécommunications.

Pour en savoir plus sur l’ESA : www.esa.int

Pour toute autre information, veuillez contacter :
Bureau Relations avec les médias de l’ESA
Courriel : media@esa.int
Tél. : +33 1 53 69 72 99