ESA

Back to Index

English  |  German

N° 33–2015: Emploi du temps chargé pour l’astronaute de l’ESA Andreas Mogensen à bord de la Station spatiale internationale

3 septembre 2015

L’astronaute de l’ESA Andreas Mogensen vient d’arriver à bord de l’ISS après un voyage de deux jours, accompagné du commandant Sergueï Volkov et du cosmonaute kazakh Aidyn Aimbetov.

L’équipage a quitté le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan, à bord d’un vaisseau Soyouz TMA-18M le 2 septembre à 4h37 TU (06h37 heure de Paris, 10h37 heure locale).

Après s’être mis en orbite autour de la Terre pendant deux jours, le Soyouz s’est amarré à l’ISS le 4 septembre, à 7h39 TU (09h39 heure de Paris).

La séquence automatisée des manœuvres de rendez-vous a commencé environ deux heures avant l’amarrage, l’équipage se tenant prêt à passer en mode de commande manuelle en cas de besoin. Une fois l’écoutille ouverte (à 10h15 TU, 12h15 heure de Paris), l’équipage a rejoint les six astronautes déjà présents à bord, ce qui porte à neuf le nombre d’habitants de la Station, une première depuis 2013.

La mission « iriss » de l’ESA que conduira Andreas va durer dix jours et sera consacrée à tester de nouvelles technologies et à améliorer les opérations spatiales. Il s’agit notamment de tester une nouvelle membrane de purification de l’eau qui reproduit le processus naturel, des lunettes-écran à commande vocale utiles lors de la réalisation de tâches complexes et une combinaison ajustée qui atténue le mal de dos courant chez les astronautes ; depuis l’ISS, Andreas fera également fonctionner sur Terre trois robots mobiles différents dans la perspective de missions lointaines dans le Système solaire.

La mission iriss a été conçue, organisée et conduite par l’ESA, avec le soutien 24h/24 et 7j/7 des contrôleurs de mission du Centre de contrôle Columbus, implanté dans les locaux du Centre aérospatial allemand (DLR) à Oberpfaffenhofen (Allemagne). L’ensemble des expériences d’Andreas font appel au laboratoire spatial européen Columbus ou à la coupole d’observation européenne.

Le commandant du Soyouz Sergueï Volkov restera cinq mois à bord de la Station tandis qu’Andreas et Aidyn rentreront sur le Soyouz TMA-16M accompagnés du cosmonaute Guennady Padalka. L’astronaute de la NASA Scott Kelly et le cosmonaute Mikhaïl Korniyenko, dont la mission « marathon » à bord de l’ISS est de 11 mois, prépareront le changement de véhicule. En effet, les Soyouz étant prévus pour rester environ six mois dans l’espace, le véhicule actuel de l’équipage de longue durée doit être remplacé par celui emprunté par Sergueï, Andreas et Aidyn (TMA-18M).

Andreas jouera un rôle déterminant dans cette rotation des véhicules puisqu’il assistera les deux commandants lors de chacun des vols, en tant qu’ingénieur de bord ou de commandant en second.

L’ESA mettra à jour en continu les informations sur les activités d’Andreas depuis le centre de contrôle via le blog de la mission iriss et le compte Twitter.

Le vol retour est prévu le 12 septembre. L’équipage atterrira dans la steppe kazakhe et Andreas rentrera au Centre des astronautes européens de Cologne (Allemagne) pour faire le compte-rendu de sa mission.

Liens :

http://blogs.esa.int/iriss

https://twitter.com/Astro_andreas

https://twitter.com/esaoperations

https://www.esa.int/iriss

www.facebook.com/ESAAndreasMogensen

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) constitue la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l’Europe et à faire en sorte que les investissements dans l’espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte vingt États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-huit d’entre eux sont également membres de l’Union européenne (UE).

Deux autres États membres de l’UE, l’Estonie et la Hongrie, ont signé des accords d’adhésion à la Convention de l’ESA. La ratification de ces accords, prévue prochainement, fera d’eux les 21e et 22e États membres de l’ESA.

L’ESA a établi une coopération officielle avec sept autres États membres de l’UE.

Le Canada participe aussi à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

L’ESA coopère également avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L’ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l’Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, elle développe et lance des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, elle envoie des sondes jusqu’aux confins du Système solaire et elle mène en coopération des projets d’exploration humaine de l’espace.

Pour en savoir plus sur l’ESA : www.esa.int

 

Pour toute information complémentaire, veuillez contacter :

ESA – Bureau Relations avec les médias

Tél. : +33 1 53 69 72 99

Courriel : media@esa.int


Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

131


Copyright 2000 - 2019 © European Space Agency. All rights reserved.