ESA

Back to Index

English  |  German

N° 4–2015: L’ESA et Airbus DS confirment leur partenariat concernant l’achèvement du Système européen de satellites de relais de données

30 janvier 2015

Cette décision a été prise à l’issue de la campagne d’essais de la première liaison intersatellite optique multi-gigabit entre les satellites Sentinel-1A de Copernicus et Alphasat. Cette campagne, précurseur du système européen de satellites de relais de données (EDRS), ouvre la voie à une approche radicalement nouvelle de la transmission de données, dans laquelle les systèmes spatiaux sont mis à contribution pour relever le défi mondial que représentent les mégadonnées.

Le système EDRS sera composé d’une première charge utile, EDRS‑A, qui doit être lancée d’ici mi-2015 à bord du satellite Eutelsat-9B, et d’un satellite, EDRS‑C, qui sera mis en orbite ultérieurement. Le satellite EDRS-C, qui reposera sur une petite plateforme géostationnaire d’OHB Systems AG, emportera également HYLAS-3, charge utile de télécommunications de la société Avanti.

L’EDRS présente des caractéristiques inédites, telles qu’une liaison intersatellite optique bidirectionnelle offrant un débit d’1,8 Gbit/s, basée sur le Terminal de communication laser développé en Allemagne par TESAT avec un financement du DLR (centre aérospatial allemand), une liaison bidirectionnelle en bande Ka, offrant une bande passante de 300 MHz, sur EDRS‑A, ainsi qu’une liaison de connexion descendante d’1,8 Gbit/s.

Le positionnement des deux charges utiles de l’EDRS sur l’arc géostationnaire permet une transmission des données en temps quasi-réel. Grâce à ce système, les images d’observation de la Terre, par exemple, pourront être transmises au sol à une vitesse record.  

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) constitue la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l’Europe et à faire en sorte que les investissements dans l’espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte vingt États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-huit d’entre eux sont également membres de l’Union européenne (UE). La Hongrie et l’Estonie, membres de l’UE, devraient elles aussi adhérer prochainement à l’ESA.

Six autres États membres de l’UE ont signé des accords de coopération avec l’ESA. Le Canada participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

L’ESA coopère également avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L’ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l’Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, elle développe et lance des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, elle envoie des sondes jusqu’aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d’exploration humaine de l’espace.

Pour en savoir davantage : www.esa.int

Pour plus d’information:

ESA – Bureau Relations avec les médias
Email: media@esa.int
Tel: +33 1 5369 7299



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

186


Copyright 2000 - 2019 © European Space Agency. All rights reserved.