ESA

Back to Index

English  |  German

N° 11–2015: Le Système européen de satellites de relais de données (EDRS) fournira des services à Copernicus en coopération avec la Commission européenne

25 février 2015

Suite à la récente confirmation du partenariat entre l’ESA et Airbus Defence and Space (Airbus DS) concernant le Système européen de satellites de relais de données (EDRS), un accord a été trouvé avec la Commission européenne (CE) concernant la fourniture de services EDRS au programme Copernicus de l’Union européenne.

L’ESA et Airbus DS ont ensuite signé, le 20 février 2015, un accord de niveau de service (SLA) portant sur la fourniture de communications à grande vitesse aux missions Sentinelle 1 et Sentinelle 2 de Copernicus à compter de 2015 et jusqu’en 2021, avec une possibilité de prolongation jusqu’en 2028.

Cet accord prévoit la mise en place d’un comité de pilotage conjoint, assurant la représentation à haut niveau de la CE, de l’ESA et d’Airbus DS ; ce comité sera chargé de suivre l’évolution d’EDRS et de faire en sorte qu’il garantisse l’autonomie de l’Europe en matière de relais de données.

De plus, l’ESA et Airbus DS ont conclu un contrat de services permettant à d’autres missions de l’ESA et de ses partenaires de profiter des capacités de relais de données. Le premier utilisateur supplémentaire sera le module Columbus de l’ESA installé sur la Station spatiale internationale (ISS) : il devrait bénéficier de services de relais de données à partir de 2018, qui seront utiles pour les expériences scientifiques embarquées et amélioreront les communications avec les astronautes séjournant à bord de l’ISS.

Avec Copernicus et Columbus/ISS comme premiers clients de référence d’EDRS, Airbus DS peut investir dans l’achèvement et l’exploitation du système. Le groupe devrait développer un marché commercial destiné à des missions de tiers et appuyer l’évolution du système pour qu’il parvienne à une couverture mondiale. Les accords conclus permettent à l’ESA de renforcer son soutien à l’évolution d’EDRS, engagée avec le programme GlobeNet lors de la session du Conseil au niveau ministériel de 2014.

A l’instar de la fibre optique sur Terre, EDRS, l’autoroute spatiale de l’information, permettra d’atteindre un débit de 1,8 Go par seconde grâce à des terminaux de communication laser. Il assurera le transfert en temps quasi réel vers la Terre de données provenant de satellites d’observation de la Terre, de drones et de véhicules spatiaux via des satellites de télécommunications géostationnaires. L’ESA pourra recevoir plus rapidement et de façon plus sûre de plus gros volumes d’images, ce qui améliorera la surveillance de l’environnement, ainsi que la gestion des catastrophes et des crises.

Les satellites Sentinelles 1A et 1B ainsi que Sentinelles 2A et 2B de Copernicus qui sont équipés de terminaux de communication laser constitueront les clients de référence d’EDRS. Le système pourra également répondre aux besoins d’utilisateurs commerciaux et institutionnels du monde entier.

À propos de l’Agence spatiale européenne

L’Agence spatiale européenne (ESA) constitue la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l’Europe et à faire en sorte que les investissements dans l’espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

L’ESA compte vingt États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-huit d’entre eux sont également membres de l’Union européenne (UE). La Hongrie et l’Estonie, membres de l’UE, viennent d’adhérer à la Convention de l’ESA et seront bientôt États membres.

Six  États membres de l’UE ont signé des accords de coopération avec l’ESA. Le Canada participe aussi à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

L’ESA coopère également avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

L’ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l’Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

Aujourd’hui, elle développe et lance des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, elle envoie des sondes jusqu’aux confins du Système solaire et elle mène en coopération des projets d’exploration humaine de l’espace.

Pour en savoir plus sur l’ESA : www.esa.int

Pour plus d’information:

ESA – Bureau Relations avec les médias
Email: media@esa.int
Tel: +33 1 53 69 72 99



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

333


Copyright 2000 - 2019 © European Space Agency. All rights reserved.