Back to Index English German
Applications

N° 2–2015: Décision imminente entre l’ESA et Airbus Defence and Space sur l’achèvement d’EDRS.

26 January 2015

Tous les partenaires impliqués dans le programme de Système européen de satellites de relais de données (EDRS), notamment la Commission européenne, l’ESA et AIRBUS, ont travaillé d’arrache-pied ces dernières semaines pour consolider les perspectives commerciales du projet.

Sur la base de cette consolidation, l’ESA confirme son intention d’aller de l’avant et de procéder, avec tous les partenaires concernés, au déploiement de la totalité du programme EDRS, ce qui inclut le lancement du satellite EDRS-C.

Les deux principaux partenaires, à savoir l’ESA et Airbus, doivent se réunir le 28 janvier pour décider de la marche à suivre pour mener à terme le programme EDRS.

L’infrastructure d’EDRS comprend deux composantes spatiales et le segment sol associé :

La première des deux charges utiles d’EDRS, EDRS-A, sera embarquée sur le satellite d’EUTELSAT 9B, dont l’exploitation débutera dès 2015 et qui est construit par Airbus Defense & Space.

La seconde sera placée à bord du satellite EDRS-C avec la charge utile Hylas-3 de la société Avanti Communications (Londres, Royaume-Uni). Le satellite EDRS-C est réalisé par OHB System AG (Brème, Allemagne).

EDRS représente un atout stratégique pour l’Europe. Il constitue en effet une nouvelle voie de transmission ultra rapide pour de larges volumes de données spatiales. Grâce à lui, les informations des missions d’observation de la Terre seront disponibles encore plus vite.

À propos de l’Agence spatiale européenne

 

L’Agence spatiale européenne (ESA) constitue la porte d’accès de l’Europe à l’espace.

 

L’ESA est une organisation intergouvernementale créée en 1975, dont la mission consiste à gérer le développement des capacités spatiales de l’Europe et à faire en sorte que les investissements dans l’espace bénéficient aux citoyens européens et du monde entier.

 

L’ESA compte vingt États membres : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. Dix-huit d’entre eux sont également membres de l’Union européenne (UE). La Hongrie et l’Estonie, membres de l’UE, devraient elles aussi adhérer prochainement à l’ESA.

 

Six autres États membres de l’UE ont signé des accords de coopération avec l’ESA. Le Canada participe à certains programmes de l’ESA au titre d’un accord de coopération.

 

L’ESA coopère également avec l’UE à la mise en œuvre des programmes Galileo et Copernicus.

 

En coordonnant les ressources financières et intellectuelles de ses membres, l’ESA peut entreprendre des programmes et des activités qui vont bien au-delà de ce que pourrait réaliser chacun de ces pays à titre individuel.

 

L’ESA développe les lanceurs, les satellites et les moyens sol dont l’Europe a besoin pour jouer un rôle de premier plan sur la scène spatiale mondiale.

 

Aujourd’hui, elle développe et lance des satellites d’observation de la Terre, de navigation, de télécommunication et d’astronomie, elle envoie des sondes jusqu’aux confins du système solaire et elle mène en coopération des projets d’exploration humaine de l’espace.

 

Pour en savoir davantage : www.esa.int

For further information:

ESA – Bureau Relations avec les médias

Email: media@esa.int

Tel: +33 1 53 69 72 99