La Belgique donne le feu vert aux Meteosats 3ème Génération

Meteosat Third Generation
19 avril 2011

La Belgique fut le dernier des 26 Etats membres d’Eumetsat, l’organisation européenne à approuver le programme Meteosat Third Generation (MTG) des satellites géostationnaires Meteosat de la 3ème génération.

Eumetsat peut ainsi garantir pour des dizaines d’années la fourniture continue des données à long terme qui servent aux prévisions météo sur l’Europe, l’Afrique et l’Océan Atlantique grâce à l’emploi de satellites à 36.000 km au-dessus de la surface terrestre.

Sur cette orbite qu’on appelle géostationnaire, un satellite effectue un tour du globe pendant que notre planète effectue une rotation sur elle-même. Ainsi un satellite géostationnaire depuis la Terre paraît immobile dans le ciel, ce qui est particulièrement intéressant pour les télécommunications et la télévision, comme pour les observations météorologiques.

L’assurance de meilleures observations

Meteosat Second Generation (MSG)
Le premier des Meteosat 2ème génération, (MSG 1, alias Meteosat 8)

L’approbation du programme Meteosat 3ème Génération (MTG) qui est réalisé en coopération avec l’ESA – responsable de la conception et du développement de la plate-forme et des deux types d’instruments – est une bonne nouvelle pour Eumetsat. Lars Prahm, son Directeur général, exprime sa grande satisfaction, après plusieurs mois d’intenses négociations:

"Ce fut un processus difficile et la situation économique générale en Europe n'a certainement pas contribué à le faciliter. Mais je me réjouis de la pleine approbation par tous nos États membres d'un programme aussi crucial, qui est appelé à pérenniser l'observation de l'Europe, de l'Afrique et de l'Océan Atlantique depuis l'orbite géostationnaire par EUMETSAT pendant plusieurs décennies."

A partir de 2018

MSG Artist view
Les Meteosats tiennent à l’oeil depuis 36.000 km d’altitude le temps qu’il fait sur l’ensemble d’un hémisphère.

Meteosat est une “success story” pour l’Europe. Elle a commencé avec le lancement d’un premier satellite en 1977. Avec le programme MTG, ce sont six nouveaux Meteosats qui doivent dès 2018 prendre la relève des actuels Meteosats 2ème Génération (Meteosat Second Generation ou MSG).

Les nouveaux observatoires météorologiques, en deux versions différentes - MTG-I pour imageur, MTG-S pour sondeur -, utilisent des technologies plus avancées et leur durée de vie opérationnelle est plus longue. Si bien que leur exploitation annuelle se révèle moins coûteuse. L’investissement pour le programme des satellites MTG s’élève à quelque 2,4 milliards d’euros (aux conditions économiques de 2008).

Ils ne prendront pas seulement des photos de la météo, mais surtout ils procèderont à une analyse permanente, couche par couche, de l’atmosphère. On enregistrera d’importantes améliorations dans le domaine de la prévision numérique et du nowcasting (prévision des conditions météo à très court terme, endéans quelques heures).

De la sorte, on pourra prévenir plus vite et mieux les violents orages qui s’accompagnent de pluies diluviennes, donner des avis d’alertes concernant les risques d’inondations et le problème des aérosols, surveiller les nuages de cendres volcaniques, ainsi que la qualité de l’air. Un instrument de détection des éclairs dus à la foudre apportera une meilleure sécurité pour la navigation aérienne.

Important pour notre pays

La fourniture de données fiables avec les Meteosats est indispensable à la sécurité et à la vie socio-économique en Belgique.

Le siège d’Eumetsat, l’organisation européenne pour l’exploitation des satellites météorologiques, est implanté à Darmstadt (Allemagne), non loin de l’ESOC. Mise en place en 1986, elle est l’œuvre d’une coopération entre 26 Etats d’Europe.

La Belgique y est représentée par l’Institut Royal Météorologique (IRM). En 2010, elle a contribué à Eumetsat pour 2,61 %. Notre pays reçoit bien plus en retour. D’après le Conseil fédéral des ministres, « la fourniture de données fiables avec les Meteosats est indispensable à la sécurité et à la vie socio-économique en Belgique».

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.