La Terre vue de l'Espace : Hawaï, point chaud du Pacifique

15 mai 2009

Cette image réalisée par Envisat montre six des huit îles volcaniques principales d’Hawaï. De droite à gauche sont ainsi visibles : la grande île d’Hawaï, Kahoolawe, Maui, Lanai, Molokai et Oahu. L’archipel compte aussi deux autres îles principales et 124 îlots.

Ces îles s’étirent sur plus de 2 575 km au milieu de l’Océan Pacifique et se situent à 2 367 km au nord de l’Equateur. Contrairement aux autres Etats des Etats-Unis, Hawaï ne se situe pas sur le continent nord-américain mais plutôt à quelque 4 000 km au sud-ouest de celui-ci.

Toutes les îles sont les sommets de montagnes volcaniques qui se sont formées il y a plusieurs millions d’années quand la roche basaltique en fusion s’est échappée d’une faille dans le plancher océanique. Formé au dessus d’un point chaud du magma au cœur de la plaque Pacifique, l’archipel d’Hawaï comporte quelques uns des plus grands volcans inactifs et actifs au monde.

D’une hauteur de 4 205 m, le volcan de Mauna Kea (le plus au nord des deux volcans de la grande île d’Hawaï) est le point culminant de l’archipel. La hauteur des montagnes est généralement mesurée depuis le niveau de la mer, mais si on le mesure à partir du fond de l’océan, le Mauna Kea atteint les 10 230 m, ce qui en fait la plus grande montagne de la Terre prise de la base au sommet.

Le Mauna Loa, situé au sud du Mauna Kea, est le plus gros volcan de la planète en termes de volume (environ 40 000 km3). Il s’est réveillé 33 fois depuis la première éruption documentée en 1843 et est donc l’un des volcans les plus actifs de la planète. Sa dernière éruption remonte à 1984.

En raison de la forte activité du Mauna Loa, les scientifiques surveillent en permanence le volcan à la recherche du moindre signe précurseur de son réveil. Les radars en orbite, comme l’instrument ASAR (Advanced Synthetic Aperture Radar) à bord d’Envisat, leur permettent de suivre les petites modifications dans les mouvements de terrains qui améliorent leur capacité à prédire les éruptions volcaniques.

L’interférométrie radar combine mathématiquement différentes images radar - acquises le plus près possible d’un même point dans l’espace à des moments différents – pour créer des modèles numériques d’élévation du terrain et révéler des changements entre les acquisitions d’images qui seraient indétectables autrement.

Le Kilauea, situé sur la partie sud-est de l’île, autour des zones apparaissant en rouge et rose, est un autre des volcans les plus actifs de la Terre. L’épisode volcanique actuel a débuté en 1983 et ne s’est pas interrompu depuis. D’après les légendes locales, Kilauea est le domaine de Pélé, la déesse hawaïenne des volcans, et ses éruptions interviennent lorsque la déesse est en colère.

Cette image a été créée en combinant trois images acquises au-dessus de la même zone par le radar ASAR d’Envisat les 27 mars 2006, 16 avril 2007 et 21 janvier 2008 et associées chacune à un code de couleur. Les couleurs apparaissant sur l’image résultent des variations intervenues entres les prises de vues.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.