La mission Rosetta, un nom pour l’atterrisseur

La mission Rosetta, un nom pour l’atterrisseur
9 décembre 2003

Au début de l’année 2004, une fusée Ariane-5 lancera le satellite Rosetta vers la comète Churyumov-Gerasimenko. L’un des éléments clés de cette mission de l’ESA est son atterrisseur, qui a été développé par un consortium de 11 partenaires provenant de 8 pays européens (Allemagne, Autriche, Finlande, France, Hongrie, Irlande, Italie, Royaume-Uni).

En 2014, il deviendra le premier véhicule spatial à se poser sur le noyau d’une comète. Le CNES (l’Agence spatiale française), le DLR (le Centre aérospatial allemand), l’ASI (l’Agence spatiale italienne) et le KFKI (l’Institut de recherche en physique des particules et nucléaire de la Hongrie) lancent maintenant une invitation à l’intention des jeunes, qui peuvent contribuer à cette mission historique en proposant un nom pour l’atterrisseur !

Les comètes figurent parmi les corps les plus actifs et les plus mystérieux du système solaire et la mission, qui consiste à envoyer un atterrisseur se poser sur la surface même du noyau d’une comète, est l’un des projets les plus ambitieux de l’histoire de l’exploration spatiale.

Compte tenu de son importance, l’atterrisseur ne peut pas rester anonyme, c’est pourquoi un concours est organisé pour lui donner un nom. L’ESA appuie cette initiative, qui donne l’occasion à des jeunes de contribuer à la mission. Pour participer, il faut avoir entre 12 et 25 ans et avoir la nationalité de l’un des pays participants. Le concours, lancé le 1er décembre 2003, prendra fin le 5 janvier 2004. Jusqu’à cette date, vous pouvez suggérer un nom, accompagné d’un texte expliquant votre choix, en vous connectant à l’un des sites web des agences spatiales nationales et des instituts qui participent. Vous trouverez en ligne d’avantage de détails et les règles du concours.

Le nom retenu pour l’atterrisseur et celui des lauréats seront annoncés début 2004. Le premier prix est une invitation à Kourou, en Guyane, où se trouve le port spatial européen, à la date nominale de lancement de la mission Rosetta (actuellement fixée au 26 février 2004)..

Le Sénat et l’ESA ont déjà prévu de continuer à travailler ensemble sur ce thème en organisant un colloque intitulé "Les satellites et la réduction de la fracture numérique" qui se tiendra à Paris le 22 janvier afin d’évaluer le rôle que pourrait jouer l’infrastructure spatiale dans le développement des région européennes.

Règles pour le choix du nom de l’atterrisseur :

Le nom proposé doit répondre aux critères suivants :

  • avoir un lien avec l’histoire ou la culture européenne,
  • avoir un lien avec la mission Rosetta,
  • être facile à comprendre pour tous les Européens,
  • n’avoir aucun lien avec un produit ou une activité commerciale,
  • n’avoir aucun lien avec une personne vivante,
  • n’avoir aucune connotation religieuse ou politique.

Les partenaires :

Agenzia Spatiale Italiana (ASI), Rome, Matera (Italie), http://www.asi.it

Centre National d’Etudes Spatiales (CNES), Paris, Toulouse (France), http://www.cnes.fr

Deutsches Zentrum für Luft- und Raumfahrt (DLR), Cologne, Bonn, Braunschweig (Allemagne), http://www.dlr.de

Max-Planck-Institut (MPAe, MPE), Lindau, Garching (Allemagne),

Agence spatiale européenne (ESA, ESTEC, ESOC), Paris (France), Noordwijk (Pays-Bas), Darmstadt (Allemagne),

Institut météorologique finlandais (FMI), Helsinki (Finlande),

Institut für Weltraumforschung (IWF), Graz (Autriche),

Irish Space Technology Institute (STIL), Maynooth (Irlande),

Particle Physics & Astronomy Research Council (PPARC), Londres (Grande-Bretagne),

KFKI Institut de recherche en physique des particules et nucléaire (KFKI-RMKI), Budapest (Hongrie). http://www.rmki.kfki.hu

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.