Le premier aéroport d'Europe qualifié pour EGNOS accueille l'avion géant Beluga

L'avion cargo Beluga
10 mai 2011

L'aéroport de Pau Pyrénées, dans le sud-ouest de la France, est devenu le premier aéroport en Europe à utiliser le nouveau service à information garantie (« safety of life ») d'EGNOS, qui permet de guider l'approche des avions pour l'atterrissage en utilisant uniquement le signal de navigation de haute précision par satellites.

L'aéroport de Clermont-Ferrand, au cœur du Massif Central doit également commencer à utiliser EGNOS - principalement pour l'aviation d'affaires - tandis que celui de Marseille devrait les rejoindre. Celui-ci est utilisé par Eurocopter pour la certification de ses hélicoptères.

L'introduction d'EGNOS sur l'aéroport parisien du Bourget est également prévue avant l'ouverture du Salon aéronautique et spatial en juin.

Le système EGNOS (European Geostationary Navigation Overlay System) utilise conjointement des satellites géostationnaires avec un réseau de stations au sol pour augmenter la précision et l'intégrité du signal GPS à travers l'Europe.

EGNOS
EGNOS accroît la précision du GPS sur l'Europe

Le 2 mars, le service à information garantie d'Egnos a été officiellement mis à disposition pour la tâche critique du guidage vertical des avions pendant les phases finales d'atterrissage.

Cela représente le point culminant de 15 ans de travail par l'ESA, la Commission européenne, EOIG (EGNOS Operator and Infrastructure Group) - un consortium regroupant sept fournisseurs de services de navigation aérienne européens - et Eurocontrol, l'organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne.

Eurocontrol travaille aujourd'hui avec les fournisseurs européens de services de navigation aérienne, les utilisateurs de l'espace aérien et les agences nationales de l'aviation civile pour promouvoir l'utilisation d'EGNOS. La DGAC (Direction générale de l'aviation civile) en France est un de leurs partenaires les plus actifs.

Cockpit
Un cockpit d’avion équipé pour EGNOS

« Avant qu’un avion proprement équipé puisse effectuer des approches basées sur EGNOS sur une piste quelconque, une procédure d’approche dédiée doit être publiée, » explique Benoît Roturier de la DGAC.

« Notre but est de publier autant de procédures que possible. A l’horizon 2020, les quelque 100 aéroports de France devraient être qualifiés pour EGNOS ».

« Du point de vue de la stratégie de navigation, nous voyons de nombreux bénéfices, notamment pour améliorer la sécurité des pistes les plus courtes, où aucun système de guidage en approche verticale n’est disponible. »

« Par exemple, grâce aux approches basées sur EGNOS certains accidents graves pourraient être évités, comme le crash d’un Airbus A320 près de Strasbourg en 1992. »

« EGNOS fournit un guidage vertical fiable partout, sans nécessiter l’installation d’aucune infrastructure locale au sol. »

Aujourd’hui, la France est l’un des Etats européens dont les pistes sont les mieux équipées en ILS (Système d’atterrissage aux instruments), mais avec le temps, l’objectif serait de rationnaliser le déploiement de ce coûteux équipement, en remplaçant graduellement l’ILS par des procédures basées sur EGNOS et offrant un niveau de performances similaire.

EGNOS-based landing
Un Falcon 900 de Dassault atterrit à Pau en utilisant EGNOS

La France prévoit d’équiper en premier les aéroports régionaux et les petits compagnies aériennes pour l’aviation d’affaires – une stratégie de développement qui a déjà été menée avec succès aux Etats-Unis pour le système WAAS (Wide Area Augmentation System), équivalent américain d’EGNOS.

« Les pilotes ne nécessitent pas beaucoup de formation complémentaire, car EGNOS travaille d’une manière très semblable à l’ILS actuel, » ajoute Benoît Roturier.

Les avions Beluga, utilisés pour le transport de tronçons d’appareils Airbus entre les différents sites industriels à travers l’Europe seront les premiers gros appareils équipés pour EGNOS, avec leurs premiers vols de certification prévus pour ce printemps.

« Airbus Transport s’est intéressé à cette technologie car ses avions doivent régulièrement se poser sur des pistes courtes qui ne sont pas toujours équipées d’ILS et ils utilisent l’aéroport de Pau pour s’entraîner, » explique Benoît Roturier.

Au travers de son programme « Pionniers EGNOS », Eurocontrol a aidé à équiper les Belugas et à développer la première procédure, en soutenant un consortium mené par EGIS-AVIA, une compagnie spécialisée dans le transport aérien.

« La maison-mère Airbus envisage elle aussi d’équiper ses nouveaux longs-courriers A350 avec EGNOS. La prochaine phase sur le plan de l’avionique, en vue d’étendre le nombre des utilisateurs d’EGNOS, sera de préparer la mise à niveau des appareils existants.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.