Rosetta: rencontre en direct avec l’astéroïde Lutetia le 10 juillet de 20h30 à minuit à la Cité des sciences

Artist's impression of Rosetta asteroid fly-by
7 juillet 2010

Rosetta, la sonde spatiale de l’Agence spatiale européenne (ESA), s’approchera à la distance record de 3 000 km de l’astéroïde Lutetia. Le collège universcience invite le public à assister gratuitement en direct au survol et à l’arrivée des premières images, commentées par des spécialistes à la Cité des sciences et par des scientifiques du Centre de contrôle ESA de Darmstadt (Allemagne) et du JPL (NASA, Californie).

Cet événement sera animé par Gilles Dawidowicz (Société astronomique de France), Marcello Coradini, coordinateur des missions d'exploration du Système Solaire à l'ESA et Francis Rocard du CNES. Participeront aussi Marcello Fulchignoni, Pierre Encrenaz et Antonella Barucci (Observatoire de Paris-Meudon), Anny-Chantal Levasseur-Regourd (Service d’Aéronomie, CNRS), Paolo Muzzi (Thalès Alenia Space), Jean-Pierre Martin (PlanetAstronomy.com) et André Brahic (Université Paris 7).

Survol de Lutetia

Samedi soir 10 juillet, après avoir parcouru plus de 5 milliards de km depuis son départ, Rosetta survolera à toute allure le gros astéroïde Lutetia dont elle révèlera l’apparence grâce aux premières images “en direct” et tentera de mieux connaître sa composition mystérieuse.

Après ce survol cométaire de deux heures, la sonde de l’ESA, lancée le 2 mars 2004, poursuivra sa route vers son objectif principal qui sera une première mondiale en 2014: l’exploration in situ de la comète Churyumov-Gerasimenko. Rosetta sera la première sonde à voler en formation pour une longue période d'observation avec une comète et à poser un atterrisseur sur son noyau. Rosetta doit arriver à proximité de cette comète après avoir fait appel à quatre reprises à l'assistance gravitationnelle de la Terre et de Mars pour parvenir à se placer sur une trajectoire parallèle à la comète avec une vitesse identique. La mission représente, à plusieurs titres, un défi technique.

Mais tout d’abord cette semaine, Rosetta va rallumer tous ses instruments pour découvrir et scruter Lutetia comme elle l’avait déjà fait en 2008 avec l'astéroïde Steins.

Cité des sciences et de l'industrie, Paris

C’est à Paris que l’astéroïde Lutetia a été découvert le 15 Novembre 1852 par l’astronome allemand Hermann Goldschmidt depuis le balcon de son appartement, rue de l'Ancienne Comédie. Depuis, Lutetia a gardé beaucoup de ses secrets. Personne ne connaît sa forme ou sa composition et il n’y a que récemment que Rosetta a pu estimer son diamètre à environ 134 km tandis qu’elle affinait sa trajectoire d’approche qui est contrôlée par le centre de l’ESOC (ESA) à Darmstadt en Allemagne. Depuis les meilleurs observatoires terrestres, Lutetia n’apparait que comme un petit point lumineux.

Avec un axe de rotation probablement horizontal comme Pluton, Lutetia pourrait avoir une forme de patatoïde allongé avec une surface couverte de cratères. L’autre singularité de Lutetia est sa composition qui intrigue les savants car cet astéroïde semble posséder à la fois des composés primitifs à base de carbone et des éléments métalliques. Jusque-lá aucun asteroïde connu ne possédait les deux.

D'autres missions spatiales ont permis d’observer une poignée d'astéroïdes et chacun d’entre eux s'est avéré être très différent des autres. Lutetia pourrait bien confirmer cette règle de la disparité. Pourtant la quasi-totalité des astéroïdes connus appartiennent à la ceinture d’astéroïdes située entre les orbites de Mars et Jupiter.

« Si l’astéroïde Lutetia est métallique, nous avons trouvé un numéro gagnant », dit Rita Schulz, scientifique du projet Rosetta de l'ESA.

Rosetta n’aura que 2 heures pour réussir cette exploration en “coup de vent”. Ce survol cométaire aura lieu à plus de 455 millions de km de la Terre. Un bon contact entre la sonde et les stations de réception terrestres sera donc essentiel car les incertitudes dans la position de l'astéroïde et de sa forme exigeront des réglages automatiques de dernière minute pour bien garder les instruments focalisés sur Lutetia. « Malgré la rapidité de ce survol, les principaux instruments de Rosetta devraient permettre de mieux connaître la composition de Lutetia, de savoir si elle possède une signature magnétique et rendre possible une reconstruction tri-dimensionnelle de l'astéroïde », explique Marcello Coradini, coordinateur des missions d'exploration du Système Solaire à l'ESA.

Restez en contact avec le survol avec le blog de Rosetta. Blog : http://webservices.esa.int/blog/blog/5/

Informations pratiques

Samedi 10 juillet
La Cité des Sciences
30 Avenue Corentin Cariou
75019 Paris
à l’auditorium (niveau zéro) de 20h30 à minuit
01 40 05 70 00

‎ Métro: Line 7, station "Porte de la Villette"
Buses : 75, 139, 150, 152, PC1 and PC2, stop "Porte de la Villette"

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.