Ariane 5 avec Alphasat, prête au lancement

Un sans-faute du lancement d’Alphasat, le plus grand et le plus sophistiqué des satellites de télécommunications européens

25 juillet 2013

Alphasat, le plus grand et le plus sophistiqué des satellites de télécommunication européens, a été placé aujourd’hui sur l’orbite prévue après son lancement depuis le Centre spatial européen de Kourou, en Guyane française.

Sous la conduite d’Arianespace, le lanceur Ariane-5 ECA a décollé à 19h54 TU (21h54 heure de Paris). Il a placé le satellite Alphasat sur l’orbite de transfert géostationnaire visée environ 28 minutes plus tard.

Le signal émis par Alphasat, qui a été reçu par une station sol Inmarsat située à Pékin comme prévu à 20h38 TU (22h38 heure de Paris), a confirmé que le satellite se trouve bien à l’endroit prévu, qu’il est alimenté en énergie et qu’il est en mesure de transmettre des signaux. 

Alphasat sur Sylda

Conçu et fabriqué par Astrium dans le cadre d’un partenariat public-privé entre l’ESA et Inmarsat, Alphasat est un satellite de télécommunications de grandes dimensions dont le principal objectif est d’élargir le réseau mobile mondial d’Inmarsat. 

Tous les partenaires étaient réunis au port spatial de l’Europe pour assister au lancement de ce satellite de 6,6 tonnes. 

Mme Magali Vaissiere, Directeur Télécommunications et Applications intégrées de l’ESA, a déclaré : « Alphasat va renforcer la compétitivité d’un opérateur de télécommunications européen, Inmarsat, qui s’est associé à l’industrie européenne, dans un domaine où les perspectives économiques sont excellentes. 

« L’ESA est fière d’avoir su faire converger les énergies, les capacités et les ressources dans le cadre de ce grand projet. »

Les partenaires Alphasat au Salon du Bourget

M. Jean-Jacques Dordain, Directeur général de l’ESA, a ajouté : « Alphasat est le fruit de plusieurs partenariats réussis : entre l’ESA et l’agence spatiale française (CNES), pour développer la plate-forme satellitaire Alphabus, mais aussi entre deux grandes sociétés européennes, Thales Alenia Space et Astrium, ainsi qu’entre les États membres de l’ESA et Inmarsat. 

« Dans le dernier cas, on peut saluer un partenariat public-privé extrêmement fructueux dans le cadre duquel l’ESA a pris le risque de développer de nouvelles technologies sur lesquelles Inmarsat s’appuie pour créer un nouveau marché. La qualification en orbite de la plate-forme Alphabus et des démonstrateurs de technologies embarqués ouvrira la voie à de nombreux autres partenariats dans un futur proche. 

« Il s’agit là d’un excellent exemple de l’impulsion donnée par l’ESA en faveur de la compétitivité et de la croissance en Europe. »

Alphasat à côté de la plate-forme Alphabus

Alphasat, qui couvre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient, va élargir le réseau mondial large bande d’Inmarsat. Sa durée de vie est de 15 ans et l’envergure de ses panneaux solaires est de 40 mètres. 

Son processeur intégré de conception avancée, qui est un élément fondamental de la charge utile commerciale, est capable d’effectuer plusieurs billions d’opérations chaque seconde, offrant une flexibilité sans égale du point de vue des services. 

Non seulement la mise en orbite d’Alphasat améliore considérablement l’offre de services proposés par la flotte Inmarsat, mais elle fournit sa première occasion de vol à Alphabus, nouvelle plate-forme de télécommunications européenne développée par Astrium et Thales Alenia Space dans le cadre d’un contrat conjoint conclu avec l’ESA et le CNES.

Les démonstrateurs de technologies d'Alphasat à Kourou

Cette plate-forme polyvalente très puissante est destinée au marché des satellites de grandes dimensions et contribue donc à satisfaire les besoins en nouveaux services de radiodiffusion. Alphabus est adaptée à des missions commerciales dont la charge utile peut atteindre une masse de deux tonnes et nécessiter une puissance électrique de 22 kW, elle permet donc à l’industrie européenne d’être très compétitive sur le marché mondial des télécommunications. 

Quatre démonstrateurs de technologies de l’ESA sont également embarqués sur Alphasat. Il s’agit d’un dispositif surveillant l’environnement radiatif et ses effets sur les capteurs développé par Efacec (Portugal), de la charge utile de l’expérience Aldo Paraboni en bande Q/V développée par Thales Alenia Space (Italie) et Space Engineering (Italie), d’un suiveur stellaire développé par Jena-Optronik (Allemagne) et d’un terminal de communication laser développé par TESAT (Allemagne) et fourni par le Centre aérospatial allemand (DLR). 

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.