La Terre vue de l'Espace : le Choc des Titans

5 mars 2010

Cette animation, réalisée à partir de huit images radar prises par Envisat, montre l’iceberg B-9B, long de 97 km (à droite), percutant la langue de glace du glacier Mertz, en Antarctique Orientale, au début du mois de février. Sous le choc, une portion de la langue de glace s’est séparée du glacier, entrainant en formation d’un autre iceberg géant, presque aussi grand que B-9B.

Le nouvel iceberg, dénommé C-28, mesure quelque 78 km de long pour 39 de large, avec une surface de 2 500 km2, équivalent à celle du Luxembourg.

Depuis la collision, les deux icebergs ont dérivé ensemble vers une polynie, c’est-à-dire une zone de mer libre entourée de glaces dérivantes. Les polynies sont des sources d’eau dense, froide et salée – des « eaux de profondeur » – qui descendent vers le fond de la mer et contribuent à la circulation océanique.

Si les icebergs stationnent dans la zone des polynies, ils pourraient empêcher la formation de ces eaux de profondeur. Cela signifie que moins d’oxygène serait injecté dans les courants profonds qui alimentent les océans et pourrait avoir des implications pour la vie marine de la région.

Le glacier Mertz, long de 72 km et large d’environ 32 km, s’écoule vers l’Océan Austral, au large de la Terre du Roi George V, en Antarctique Orientale. Il donne naissance à une langue de glace de 160 km qui s’étend vers le nord à la surface de l’océan dans la direction générale de l’Australie. Cette langue de glace est parcourue de nombreuses failles (visibles) qui se sont développées des années avant la collision.

Mertz Glacier Tongue and the B-9B iceberg
Mertz Glacier Tongue and the B-9B iceberg in December 2007

L’iceberg B-9B s’est séparé de l’iceberg géant B-9 lui-même issu de la Grande Barrière de glace de Ross en Antarctique Occidentale en 1987. Il s’était éloigné vers l’ouest et en 1992 il s’était échoué à moins de 100 km à l’est de la langue de glace du glacier Mertz, où il est demeuré jusqu’au mois dernier. L’image à droite montre les positions respectives de la langue du glacier Mertz et de l’iceberg B-9B en décembre 2007.

Le National Ice Center, situé au Maryland (Etats-Unis), donne des désignations aux icebergs de plus 10 milles nautiques (19 km) de long et qui sont situés à une certaine distance du Pôle Sud. Les désignations sont assignées en fonction du lieu et de la date de leur séparation initiale depuis un glacier ou une barrière de glace. La première lettre indique l’un des quatre quadrants de l’Antarctique, de A à D, où le quadrant A fait face à l’Amérique du Sud, tandis que le quadrant C est en face de l’Australie.

Un numéro séquentiel est ensuite assigné à l’iceberg, correspondant au nombre d’icebergs suffisamment gros pour être identifiés qui se sont séparés de chaque quadrant depuis 1976. Ainsi, C-28 est le 28e iceberg a s’être formé dans le quadrant C.

Le radar ASAR (Advanced Synthetic Aperture Radar) d’Envisat a acquis ces images du 10 février au 4 mars en mode « fauchée large », capable de fournir une résolution au sol de 150 m. Le radar ASAR peut non seulement voir à travers les nuages et dans l’obscurité, mais également faire la distinction entre les différents types de glaces de mer.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.