MOMO: Orientation mobile pour les aveugles

Satellite guidance for the visually impaired
16 juin 2006

Démonstration réussie à Madrid d’un système prototype de navigation par satellite suffisamment précis pour guider des piétons non-voyants.

De loin cet aveugle guidé par son chien dans les rues de la capitale espagnole semble bien sûr de lui. En fait ce qu’il écoute avec son oreillette ce n’est pas de la musique mais des indications précieuses : par où passer pour aller à sa destination : « à droite, à gauche, tout droit..» : grâce à un téléphone mobile combiné à un récepteur de positionnement à synthétiseur vocal il se promène dans la ville en étant guidé par satellite.

Développé par l’ESA, avec la firme espagnole GMV Sistemas, ce dispositif offre une plus grande autonomie aux non voyants. Certes il ne s’agit pas là de remplacer la canne blanche ou le chien guide mais d’offrir une sorte de plan sonore des lieux : plus besoin pour l’aveugle de demander son chemin, c’est l’appareil qui va accompagner ses déplacements.

Ce système, réalisé selon les conseils de l’Organisation Nationale des Aveugles d’Espagne (ONCE), repose sur le système de positionnement EGNOS, un système qui traite les données GPS pour leur apporter une meilleures précision : ce qui n’est pas négligeable, pour un aveugle une localisation au mètre près peut aussi représenter la différence entre le trottoir et le milieu de la route.

EGNOS, programme préparatoire à Galileo, offre de plus une garantie de qualité de service. Cette continuité est renforcée par un autre système développé en parallèle par l’ESA: SISNET (Signal In Space via Internet): en effet en milieu urbain les immeubles qui s’interposent entre le récepteur et les satellites empêchent le passage des signaux. Le dispositif SISNET permet de « contourner l’obstacle » en fournissant les données par Internet.

Pour cette application destinée aux non-voyants le traitement des positions se fait via un serveur qui renvoie les données à l’utilisateur et c’est ainsi que le piéton handicapé peut-être informé de la direction à suivre. Il lui faut auparavant programmer la destination dans l’appareil.

Pour l’instant le projet est en phase de démonstration, et le récepteur n’existe encore qu’au stade du prototype mais l’ESA, GMV Sistemas et la ONCE entendent bien poursuivre leurs efforts pour développer un appareil unique intégrant récepteur EGNOS/SISNET, ordinateur de poche et téléphone mobile.

EGNOS, programme de l’ESA, la Commission européenne et Eurocontrol, est constitué d’un réseau d’une quarantaine de stations au sol réparties dans toute l’Europe pour enregistrer, corriger et améliorer les données du GPS américain. Les signaux modifiés sont ensuite relayés par des satellites géostationnaires vers les récepteurs des usagers. La précision obtenue est inférieure à deux mètres contre 15/20 mètres pour le GPS, avec une garantie de qualité des signaux, ce que ne fournit pas le GPS, système militaire.

EGNOS, actuellement en service pré-opérationnel, est le premier pas de l’Europe dans la navigation par satellite préparant à Galileo qui sera le premier système civil complet, avec une constellation de 30 satellites.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.