La Terre vue de l'Espace : Luxuriante efflorescence en Baltique

16 juillet 2010

Cette image prise par Envisat révèle l’ampleur de l’efflorescence algale bleue et verte qui envahit la Mer Baltique, longue d’environ 1 600 km pour 190 km de large, soit une surface d’environ 377 000 km2.

Le terme d’efflorescence algale désigne le phénomène de rapide multiplication du phytoplancton, une végétation marine microscopique qui dérive à la surface ou près de la surface de la mer.

Le phytoplancton flotte librement dans l’eau et est sensible à l’ensoleillement et aux variations environnementales locales telles que les niveaux de nutriments, la température, les courants et le vent. L’efflorescence visible ici est due à des conditions favorables dans la zone lors de semaines précédentes : un ensoleillement prononcé, peu de vent et une abondance de nutriments via les rejets qui ont suivi la saison du gel.

Bien que les efflorescences algales soient des phénomènes naturels et essentiels, il arrive qu’ils puissent être dangereux pour les humains et les animaux quand elles produisent des substances toxiques, qu’elles interviennent trop souvent ou qu’elles durent trop longtemps et épuisent les concentrations en oxygène dans l’eau.

En raison de la toxicité de certaines espèces de phytoplancton et d’algues marines, il est important de surveiller les efflorescences afin que les pêcheurs, les fermes piscicoles et les autorités de santé publique puissent être informés sur ces événements le plus rapidement possible.

Bien qu’il s’agisse d’organismes microscopiques, le phytoplancton est rendu visible par la chlorophylle qu’il utilise pour la photosynthèse et qui colore l’eau autour des colonies, ce qui permet de détecter les concentrations de ces organismes minuscules depuis l’espace grâce à des capteurs dédiés à la couleur des océans, comme la caméra MERIS (Medium Resolution Imaging Spectrometer) d’Envisat.

Les efflorescences algales apparaissent non seulement sur les images optiques, mais elles ont également un effet sur la capacité des radars à synthèse d’ouverture, comme l’instrument ASAR d’Envisat, de détecter les marées noires car leur présence produit un effet d’amortissement similaire sur la surface des eaux. De ce fait, il est important pour les organismes comme l’Agence Européenne de Sécurité Maritime (EMSA), qui surveille les eaux européennes afin d’y détecter dégazages et marées noires, d’être informée rapidement de la présence d’efflorescences algales pour avertir les analystes d’imagerie satellitaire.

Dans le sens des aiguilles d’une montre, en partant du coin inférieur gauche, on reconnaît à l’image une partie de l’Allemagne, la Suède, l’Estonie (en haut à droite), la Lettonie, la Lituanie, le territoire russe de Kaliningrad et la Pologne. Egalement visibles à l’image : les îles suédoises de Gotland et Öland (au centre) et l’île danoise de Bornholm (en bas à gauche).

Cette image a été acquise par MERIS le 11 juillet 2010 avec une résolution de 300 mètres.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.