La technologie suisse bientôt en route pour la Lune

La structure de Smart-1
9 septembre 2003

Cet automne, l'Europe prendra pour la première fois le chemin de la Lune en envoyant une sonde à destination de notre satellite naturel. SMART-1, une petite sonde de 367 kg, est avant tout un banc d'essai pour démontrer l'efficacité d'un nouveau mode de propulsion: le moteur ionique.

La Suisse est très présente dans cette nouvelle aventure, son industrie a participé à la réalisation du moteur, de la caméra et surtout à la construction de la structure du satellite.

"C'était un véritable défi que nous imposait l'agence spatiale européenne, réaliser une structure de satellite de 43 kg pour une sonde qui en fait presque 400" raconte André Pugin directeur d'Apco Tehnologies, société basée à Vevey. "Nous seulement nous avons réussi, mais nous avons même gagné un kg. De plus, c'est la première fois qu'une structure de satellite comporte une porte, ce qui a considérablement facilité l'intégration des instruments de la sonde", ajoute encore André Pugin.

La structure d'un satellite est l'équivalent de notre squelette, en nettement plus léger. Pour parvenir à poids aussi faible Apco Technologies a construit la structure de SMART-1 autour d'un cône central en aluminium, cône qui supporte plate-formes et parois sur lesquelles les instruments et le moteur sont montés. Une technique inédite a été mise au point pour la fabrication des parois et des plate-formes, dont la composition ressemble à un sandwich de nid d'abeille pris entre deux feuilles d'aluminium.

SMART-1

Pour Apco Technologies la mission SMART-1 est une vitrine permettant d'exposer ses capacités d'innovation et de fabrication. Ses compétences ont d'ailleurs été reconnues puisqu'elle est déjà entrain de plancher sur une nouvelle structure de satellite. L'ESA lui a en effet demandé de réaliser la structure du satellite Herschel qui doit étudier le ciel dans le rayonnement infra-rouge et qui doit être lancé en 2007. Et là le défi acquiert tout de suite une autre dimension, si SMART-1 pèse 376 kg et représente un cube de 1 m de côté, Herschel lui est un engin de 3,2 tonnes, de 7 mètres de haut et 4,2 mètres de diamètre. Herschel sera non seulement beaucoup plus gros que SMART-1, mais il contiendra un télescope de 3,5 mètres de diamètre soit avec une surface environ 2 fois supérieure à celle du célèbre télescope spatial Hubble.

Mais il n'y a pas que Apco Technologies qui représentera la Suisse autour de Lune. La société Space-X, basée à Neuchâtel a fourni la caméra. AMIE qui doit prendre les images pour une cartographie précise de la Lune. Autre entreprise impliquée dans SMART-1, il s'agit de la firme zurichoise Contraves. Contraves qui est surtout connue pour la fourniture de la coiffe de la fusée Ariane, a cette fois construit le système permettant d'orienter la poussée du moteur ionique de SMART-1.

"Notre société moderne ne peut plus se passer de la technique spatiale. C'est vrai que le marché de l'espace connaît des hauts et des bas, mais je reste fermement convaincu c'est un marché plein d'avenir et porteur de grande innovation", et en joignant la parole aux actes, André Pugin montre que bien qu'elle soit un petit pays, la Suisse peut, dans certains domaines, faire jeu égal avec les grands.

Copyright 2000 - 2015 © European Space Agency. All rights reserved.