ESA
19-avr-2014

Back to Index

English  |  German

N° 8–2002: Des images d'une qualité exceptionnelle permettront de mieux préparer l'atterrissage de la sonde Rosetta de l'ESA sur un project

26 février 2002

Poursuivre une comète lancée à toute vitesse, s'y poser et s'y maintenir tandis qu'elle continue sa course vers le Soleil : non, ce n'est pas le scénario d'un film de science-fiction, mais la mission bien réelle de la sonde Rosetta de l'ESA. De nouvelles observations fournies par le Très grand télescope (VLT) de l'Organisation européenne pour des recherches astronomiques dans l'hémisphère austral (ESO) donnent à l'ESA des informations essentielles sur la comète Wirtanen (la cible de Rosetta), ce qui contribuera à réduire les incertitudes liées à cette mission, laquelle compte parmi les plus complexes jamais réalisées à ce jour.

Tous les 5,5 ans, la comète Wirtanen effectue une orbite complète autour du Soleil. Depuis sa découverte en 1948, elle a été observée pendant presque toutes ses apparitions, mais ce n'est que récemment que les astronomes ont obtenu des informations suffisamment détaillées pour pouvoir estimer sa taille et son comportement. Les observations les plus récentes ont été réalisées en décembre 2001 au moyen du Très grand télescope (VLT) installé à l'observatoire du Paranal (Chili). Grâce à ces observations, l'ESA pourra affiner ses plans concernant la mission Rosetta.

Rosetta sera lancée l'année prochaine et atteindra la comète Wirtanen en 2011. À ce moment-là, cette comète sera aussi éloignée du Soleil que Jupiter et sera en train de foncer vers l'intérieur du Système solaire à des vitesses de l'ordre de 135 000 km/h. Pour parcourir cette distance et épouser l'orbite de la comète, Rosetta devra tirer parti de plusieurs rebonds gravitationnels planétaires qui lui donneront l'accélération voulue. Après quoi, grâce à une série de manœuvres complexes, elle se rapprochera de la comète, se placera en orbite autour d'elle et, parvenue à une altitude d'environ 1 km, elle larguera un atterrisseur qui ira se poser sur Wirtanen.

Les observations du VLT ont été planifiées de façon à ce qu'il soit possible d'étudier l'activité qui régnera sur Wirtanen au moment des manœuvres d'atterrissage. Ces observations ont confirmé qu'à la distance du Soleil à laquelle aura lieu l'atterrissage (450 millions de km), l'activité sur Wirtanen sera très faible. Il s'agit là d'une très bonne nouvelle pour la mission, car cela signifie que la quantité de poussière qui sera éjectée ne sera pas de nature à créer des difficultés trop grandes pour l'atterrissage.

À la base, les comètes sont des petits corps célestes constitués de poussière et de glace. Lorsqu'elles se rapprochent du Soleil, la chaleur provoque l'" évaporation " de la glace qui est en surface ; les gaz et les grains de poussière qui sont alors éjectés dans l'espace environnant forment l'atmosphère (chevelure) et la queue de la comète. Outre le largage d'un atterrisseur sur le noyau de la comète pour y faire des observations in situ détaillées, Rosetta a pour tâche d'étudier la manière dont la comète évoluera au cours de son approche du Soleil : en fait, Rosetta restera en orbite autour de Wirtanen jusqu'à la fin de la mission en juillet 2013, c'est-à-dire jusqu'au moment où la comète aura atteint son point le plus rapproché du Soleil, soit environ 160 millions de km.

Les observations faites par le VLT ont également fourni aux planificateurs de la mission Rosetta une mesure précise de la taille de leur objectif : avec un diamètre qui n'excède pas 1,2 km, Wirtanen est un véritable projectile lancé dans l'espace.

" Il est évident que Rosetta est une mission spatiale très stimulante car ce sera la première fois que l'on essaiera d'atterrir sur une comète ", déclare Gerhard Schwehm, responsable scientifique du projet. " Nous devons acquérir le plus de renseignements possible sur notre objectif. Ces nouvelles données nous permettront ainsi d'améliorer nos modèles et de prendre des décisions lorsque nous aurons atteint notre destination ".

Note aux rédactions

Rosetta a pour principal objectif scientifique de comprendre l'origine du Système solaire. On sait en effet que la composition chimique des comètes est comparable à celle de la nébuleuse primordiale qui a donné naissance au Système solaire car, si ce matériau primitif a subi des transformations complexes sur les planètes, il n'en a pas été de même avec les comètes. Rosetta offrira donc aux chercheurs la possibilité de regarder 4,6 milliards d'années en arrière, à l'époque de la formation de notre Système solaire.

Des études antérieures exécutées par la sonde Giotto de l'ASE et par des observatoires au sol ont montré que les comètes contiennent des molécules organiques complexes, c'est-à-dire des composés riches en carbone, hydrogène, oxygène et azote. Il est surprenant de constater qu'il s'agit là des éléments qui constituent les acides nucléiques et les acides aminés, lesquels forment les éléments essentiels de la vie telle que nous la connaissons. La vie est-elle apparue sur Terre grâce à un " ensemencement " de comète ? Rosetta nous aidera peut-être à apporter une réponse à cette question fondamentale.

Rosetta emporte au total 21 expériences. Celles-ci sont fournies par des consortiums scientifiques constitués par des instituts répartis dans toute l'Europe et aux États-Unis.

Les observations de Wirtanen effectuées par le VLT s'inscrivent dans la tradition féconde de collaboration entre l'Agence spatiale européenne (ESA) et l'Organisation européenne pour des recherches astronomiques dans l'hémisphère austral (ESO). Ces deux organisations conjuguent d'ores et déjà leurs efforts dans plusieurs domaines stratégiques afin de faciliter la synergie entre les installations au sol et dans l'espace lorsqu'un partage mutuel des technologies et des procédures peut permettre d'importantes économies.

Pour tout complément d'information, veuillez contacter:

ESA - Département Communication

Bureau des relations avec les médias

Paris, France

Tél. : +33 (0)1 53 69 71 55

Fax : +33 (0)1 53 69 76 90

Clovis De Matos - ESA

Service de Communication du Programme scientifique

Tél. : +31 71 565 34 60

Courriel : Clovis.De.Matos@esa.int

Rita Schulz - Responsable scientifique adjoint de Rosetta (ESA)

Tél. : +31 71 565 48 21

Courriel : Rita.Schulz@esa.int

Pour obtenir plus d'informations sur Rosetta, consultez le site scientifique de l'ESA à l'adresse : http://sci.esa.int/rosetta Le site http://sci.esa.int offre davantage d'informations sur le Programme scientifique de l'ESA.

Le site http://www.esa.int donne des informations sur l'ESA.

Ceci est un communiqué de presse conjoint de l'ESA et de l'ESO. Il peut également être consulté à l'adresse suivante de l'ESO : http://www.eso.org/outreach/press-rel/pr-2002/phot-06-02.html.

Pour plus d’information:

Bureau des Relations avec les médias
Tel: +33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

22


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.