ESA
19-avr-2014

Back to Index

English  |  German Full story

N° 52–2004: L'Agence spatiale européenne approuve le financement de l'initiative GMES²

23 septembre 2004

Le Conseil directeur du programme d'observation de la Terre de l'ESA s'est réuni du 21 au 22 septembre dans les installations de l' "Eden Project", en Cornouailles (Royaume-Uni).

Au cours de cette réunion, les États membres de l'Agence ont décidé de consacrer une somme totale de 80 millions d'€ au financement de la prochaine étape de la participation de l'ESA à l'initiative GMES. La majeure partie de ce montant sera affectée à l'évaluation socio-économique des retombées de GMES et à la poursuite des activités déjà lancées par l'Agence pour définir les services fournis dans le cadre de cette initiative et en faire la démonstration. Le reste de ce budget, représentant 30 millions d'€, servira à financer des activités préparatoires au développement de la composante spatiale de GMES. Ces activités, auxquelles le Conseil directeur vient ainsi de donner son feu vert, comprendront des études d'architecture système, de conception du segment sol et de définition initiale des cinq satellites "sentinelle" qui constitueront l'ossature du futur système européen d'observation de la Terre et de surveillance de son environnement. Elles ouvriront la voie aux décisions que le prochain Conseil ministériel de l'ESA, prévu fin 2005 – début 2006, prendra sur la mise en œuvre intégrale de l'initiative GMES.

Le Professeur José Achache, Directeur du programme d'observation de la Terre de l'ESA, a rappelé que notre planète subissait aujourd'hui des catastrophes naturelles de plus en plus violentes et fréquentes, à l'image des ouragans qui viennent de frapper les Caraïbes ou des inondations qui ont affecté l'est de l'Europe en 2002. " Il devient vital d'accroître l'efficacité de nos outils d'observation et de prévision à l'échelle du globe afin de comprendre la relation qui existe entre ces phénomènes et les changements provoqués par les activités humaines, et de pouvoir ainsi en atténuer les conséquences " a-t-il expliqué. "GMES nous en fournira les moyens. Je suis particulièrement heureux qu'une telle décision soit intervenue alors que s'achève mon mandat à l'ESA, où j'ai ardemment œuvré à jeter les bases de ce programme".

Le Dr. Steven Wilson, Président du Conseil directeur du programme d'observation de la Terre de l'ESA et Directeur de l'observation de la Terre du British National Space Centre (BNSC) a déclaré pour sa part que " les États membres de l'ESA s'étaient désormais mis d'accord sur la fourniture de services d'information essentiels à l'étude des aspects critiques de notre environnement, et sur le développement des technologies permettant d'assurer la surveillance intégrale de cet environnement depuis l'espace."

"Le Royaume-Uni joue un rôle majeur dans la mise en œuvre des moyens scientifiques et techniques dans ce domaine, ainsi que dans le développement des services qui utilisent au sol les données fournies par les satellites " a-t-il ajouté.

Note aux rédactions

L'initiative de "Surveillance globale pour l'environnement et la sécurité" (GMES) a été lancée conjointement par la Commission européenne et l'Agence spatiale européenne en réponse aux préoccupations croissantes des responsables politiques européens qui souhaitent que notre continent dispose d'un accès garanti à des informations sur l'environnement terrestre, à l'échelle mondiale comme au plan local ou régional, concernant notamment le changement climatique, les pressions sur l'environnement et les catastrophes naturelles ou d'origine humaine.

GMES permettra de renforcer l'utilisation des systèmes spatiaux, mais les services opérationnels qu'il développera utiliseront également les moyens techniques et opérationnels de pointe offerts par les systèmes d'observation terrestres et aéroportés.

La phase initiale de GMES, entamée en 2001, s'est achevée en décembre 2003 avec la publication d'un rapport final conjoint et d'une communication de la Commission européenne jetant les bases futures du projet. Les activités GMES sont actuellement financées de manière séparée, soit dans le cadre des souscriptions consenties par les États membres de l'ESA soit dans celui des appels d'offres de la CE.

Un plan d'action a été proposé pour la prochaine période (intermédiaire) 2004-2005. Il est géré par le Bureau du programme GMES, institué au début de 2004 et qui réuni du personnel de l'ESA et de la CE, ainsi que les représentants d'un certain nombre de partenaires importants, comme l'Agence européenne de l'environnement et Eumetsat. Le Bureau du programme et le Comité consultatif des États membres reçoivent l'appui des directions générales de la Commission chargées de l'environnement, de la recherche, et de la société de l'information, ainsi que du Centre commun de recherche (CCR) et du Directeur général de l'ESA.

L'un des principaux objectifs de cette prochaine étape sera de recenser les services GMES à développer en priorité, grâce à une série d'activités préparatoires, dont une étude de cas à caractère socioéconomique sur les différentes orientations du projet. Ces travaux pourraient déboucher sur la mise au point d'une proposition de mise en œuvre de la composante spatiale GMES susceptible d'être soumise au prochain Conseil ministériel de l'ESA.

Pour plus d'informations, veuillez contacter :

ESA – Division des relations avec les médias

Tél. : +33(0)1.5369.7155

Fax : +33(0)1.5369.7690

Ou

Simonetta Cheli

ESRIN - Chef du Bureau des relations publiques et institutionnelles

Tél. : + 39 06 94180350

Fax : + 39 06 94180352

Pour plus d’information:

ESA, Division des Relations avec les Médias
Tel: +33(0)1.53.69.7155
Fax: +33(0)1.53.69.7690



Donnez votre évaluation

Vues

Partagez

  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

16


Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.