Interférogramme du séisme français
Agency

La faille sismique française a été cartographiée

18/11/2019 3231 views 6 likes
ESA / Space in Member States / France

La semaine dernière, le sud-est de la France a été frappé par un séisme de magnitude 5, dont les secousses ont été ressenties entre Lyon et Montélimar. Le radar de la mission Sentinel 1 du programme Copernicus a servi à cartographier la manière dont le sol s’est déformé suite au séisme.

Les tremblements de terre sont inhabituels dans cette région française, mais le 11 novembre à midi (heure locale), une partie de la région Rhône-Alpes a été secouée par un séisme qui a donné lieu à des évacuations et endommagé des bâtiments.

Les scientifiques se tournent vers des observations radar via satellite pour mieux comprendre la nature de la faille sismique et cartographier son emplacement.

Déformation du sol suite à un tremblement de terre
Déformation du sol suite à un tremblement de terre

Lorsque l’on combine les images acquises avant et après un tremblement de terre, les changements au sol qui se sont produits entre les deux acquisitions forment des franges aux couleurs de l’arc-en-ciel dans l’image combinée, que l’on appelle un « interférogramme » ; celui-ci permet aux scientifiques de quantifier les déformations du sol.

Sentinel 1 de Copernicus a effectué une acquisition le 12 novembre, un jour après l’événement ; celle-ci était disponible pour exploitation sur la plate-forme d’exploitation des géorisques GEP (Geohazards Exploitation Platform) de l’ESA, un environnement de traitement dans le nuage (cloud) qui fournit des services de cartographie à la demande de mouvements de terrain.

Plusieurs utilisateurs ont produit des interférogrammes de la région concernée.

Même si plusieurs failles sont recensées dans cette région et marquées sur les cartes géologiques, aucune n’était connue pour être sismologiquement active. L’interférogramme présenté ici montre une série de franges dans une zone à l’ouest de Le Teil, et a permis aux scientifiques d’identifier la faille à l’origine du séisme. Le satellite d’observation a également mesuré une déformation au sol qui correspond à un soulèvement allant jusqu’à 8cm dans la partie la plus au sud de la faille.

Interférogramme du séisme français
Interférogramme du séisme français

L’intensité du mouvement du sol ressentie par les habitants et mesurée depuis l’espace est inhabituelle pour un événement de cette magnitude, sauf lorsque l’épicentre est à faible profondeur, et effectivement, les données sismiques indiquent que l’épicentre était situé entre 1 et 3,5 km sous la surface. Les observations sur le terrain le 13 novembre suggèrent que la rupture s’est propagée jusque la surface.

Floriane Provost, chercheur associé à l’ESA, déclare, « La mise à disposition rapide de produits à jour basés sur les observations de Sentinel 1 du programme Copernicus et visualisables de manière conviviale sur le géonavigateur GEP a été suivie d’un pic de connexions. Elle a aidé la communauté scientifique à cartographier plus précisément la faille et à confirmer le mécanisme du séisme. »

« Cet exemple a montré que l’environnement GEP contribue à une exploitation et à un échange rapide d’informations au sein de la communauté traitant des géorisques. »

Vision radar
Vision radar

Michael Foumelis, chercheur au Bureau de Recherches Géologiques et Minières, ajoute, « Les enquêtes sur le terrain menées par les chercheurs du BRGM sont en cours, tandis que les résultats interférométriques obtenus par radar à synthèse d’ouverture les aident déjà à corréler la répartition des dommages avec la localisation de la faille et les déformations mesurées du sol. »

Pour en savoir plus sur la cartographie de failles, rendez-vous sur le site Earth Observation Science for Society (la science de l’observation de la Terre au service de la société) de l’ESA.

Related Articles

Related Links