Mars Express a déjà relâché sa poigne sur la capsule Beagle 2

La capsule Beagle 2
5 juin 2003

La première mission de l'Europe ver la Planète Rouge continue à bien se dérouler. Prévue deux jours et demie après son lancement, une étape importante "à hauts risques" s'est passée avec succès.

Les ingénieurs de Mars Express, depuis l'European Space Operations Centre (ESOC), ont réussi le 5 juin au matin à libérer les attaches qui retenaient pour le lancement la capsule contenant le robot martien Beagle 2 bien accrochée à la sonde Mars Express. Si cette opération particulièrement délicate ne s'était pas passée comme prévu, il aurait été impossible de libérer Beagle 2 pour sa descente dans l'atmosphère de Mars, en vue d'une arrivée sur le sol martien le 26 décembre prochain.

C'était une étape cruciale: il fallait ouvrir les crochets de fixation de Beagle 2. Ces attaches ont servi à retenir la capsule avec l'atterrisseur parfaitement attachée à Mars Express lors du lancement, de manière à ce qu'elle n'ait pas été trop secouée par les vibrations. Une fois sur orbite, ces attaches ne sont plus nécessaires, surtout qu'un autre mécanisme maintient Beagle 2 en place durant le périple de six mois vers la Planète Rouge.

Le second mécanisme permettra à Mars Express de libérer Beagle 2, cinq jours avant son arrivée sur Mars. Si les crochets du lancement ne s'étaient pas ouverts, l'autre mécanisme n'aurait pu fonctionner. "La mission de Beagle 2 aurait été terminée avant d'avoir commencé", a commenté Con McCarthy, le responsable ESA de l'atterrisseur.

L'ouverture des crochets a commencé à 10 h 10 (heure de Paris) et a pris environ une demi-heure. Le mécanisme est assez inhabituel. d'ordinaire, les crochets contiennent un système pyrotechnique, mais Mars Express était doté d'un mécanisme qui fonctionnait plus en douceur. Il consistait en un enduit sur chaque attache de fixation. Un courant électrique a réchauffé l'enduit jusqu'à environ 100 degrés. A cette température, l'enduit s'est dilaté et a libéré l'attache. Ainsi les trois attaches se sont défaits l'une après l'autre.

"Nous avons dû attendre deux minutes pour la dilatation de l'enduit qui retenait l'attache. L'atmosphère dans la salle de contrôle était intense et ces deux minutes nous ont semblé une éternité. Quand la première fixation s'est défaite, la tension s'est relâchée", a déclaré McCarthy.

Il reste bien des obstacles à franchir avant de toucher au but, mais Mars Express fait la preuve qu'il peut relever les nombreux défis qui l'attendent sur le chemin de la Planète Rouge.

Copyright 2000 - 2014 © European Space Agency. All rights reserved.