ESA title
YGT Corentin Buti
Agency

Entretien avec Corentin, stagiaire YGT à l'ESA

18/09/2020 578 views 8 likes
ESA / Space in Member States / France

Chaque année, l’ESA propose une centaine d’offres de stage d’une durée d’un an destinées à des étudiants bac+5 ou en passe d’être diplômés – il s’agit du programme Young Graduate Trainee, alias YGT. Les candidats retenus bénéficient d'une première expérience professionnelle de valeur qui les qualifie pour de nombreux postes notamment du secteur spatial, de l'industrie à la recherche en passant par la communication ou le juridique. Les stagiaires sont bien sûr soutenus tout au long de leur travail par un tuteur expérimenté.

Corentin Buti, 25 ans, originaire du Poiré sur Vie (Vendée) a été sélectionné en 2019 pour intégrer la section thermique du Centre européen de technologie spatiale, l’ESTEC, situé à Noordwijk aux Pays-Bas.

Corentin Buti, stagiaire YGT à l'ESA
Corentin Buti, stagiaire YGT à l'ESA

Comment s’est passé le recrutement pour ce stage YGT ?

« J’ai postulé une première fois en 2016, alors que je n'étais même pas encore en dernière année de master. J'ai postulé une deuxième fois en 2017, sans succès, après avoir obtenu mon diplôme d'ingénieur en aérospatial de l'IPSA. J'ai alors décidé de poursuivre mes études à l’ISAE-SUPAERO en ingénierie des systèmes spatiaux, où j'ai eu la chance de faire un stage en thermique et de participer au programme SEEDS en partenariat avec l'ESA. »

« J'ai postulé pour la troisième et dernière fois en novembre 2018, et après deux entretiens en février et en mars 2019 j'ai été sélectionné en avril pour commencer mon contrat le 1er septembre. Mon stage s’est donc terminé le 31 août 2020 après 1 an à l'ESTEC. »

La flotte des observateurs cosmiques de l'ESA
La flotte des observateurs cosmiques de l'ESA

Pouvez-vous nous donner les grandes lignes de votre stage ?

« J'ai eu la chance d'avoir 3 encadrants différents et donc de travailler sur des projets très variés, c’était une expérience formidable ! Mes deux missions principales cette année ont été de réaliser des analyses thermiques pour le télescope spatial SPICA et de réaliser des essais au laboratoire sur une machine cryogénique dans le cadre du projet de télescope spatial ATHENA. »

« SPICA est une mission en partenariat avec la JAXA. J'ai réalisé des analyses thermiques afin de proposer de nouvelles idées d'architecture sur le module charge utile de la mission. La mission représente un défi important parce que le télescope doit être refroidi à 8K et les détecteurs des instruments à 50mK. La revue critique de mission (ou MCR en anglais) a été effectuée avec succès en Juillet 2020 et je suis très fier que certaines de mes idées aient été intégrées au concept de la mission ! » 

« J’ai aussi eu la chance de découvrir le monde fascinant de la cryogénie spatiale en concevant, planifiant et réalisant des essais de performances sur une machine cryogénique dans le cadre du projet ATHENA. Ces machines permettent aux détecteurs de missions d'observation d'être refroidis mais représentent une grande proportion de la masse et de la consommation d'énergie à bord. Nos essais avaient pour objectif de tester les performances d'une de ces machines et les résultats sont très encourageants, avec un gain en performance significatif. »

Corentin lors de la session de design concourant pour la mission Comet Interceptor de l'ESA
Corentin lors de la session de design concourant pour la mission Comet Interceptor de l'ESA

« J’ai également participé au début de mon stage à une session de design concourant pour la mission Comet Interceptor ; tous les experts étaient réunis pour définir un concept préliminaire. C'était une expérience unique que d’assister à la naissance d’une mission spatiale ! »

Comment avez-vous vécu l’instauration des mesures destinées à protéger le personnel de l’ESA et à lutter contre la pandémie de COVID-19 ?

« Les équipes informatiques ont rapidement mis en place les outils nécessaires pour télétravailler ; j'ai passé deux mois à travailler sur des analyses thermiques et je n'ai rencontré aucun problème pour le faire à distance. Une fois mes activités sur SPICA terminées, j'ai demandé à retourner au laboratoire afin de faire les tests sur la machine cryogénique, et je suis revenu travailler sur le site. » 

« J’ai profité du confinement pour lancer un projet personnel qui me tenait à cœur, une émission hebdomadaire en direct sur le thème du spatial qui s'appelle "La Capsule" ! Je reçois chaque semaine un nouvel invité qui travaille dans le domaine spatial (ESA, CNES, NASA...) et on discute de son parcours, de son métier, de sa passion. L'émission est diffusée sur Twitch afin que ceux qui la regardent puissent poser leurs questions par écrit en direct, ce qui permet une grande interaction ! » 

Le Centre européen de technologie spatiale (ESTEC), situé à Noordwijk (Pays-Bas).
Le Centre européen de technologie spatiale (ESTEC), situé à Noordwijk (Pays-Bas).

Que retenez-vous de cette expérience à l’ESA ?

« Venir travailler à l'ESA était un rêve, travailler sur des missions spatiales de science et d'exploration aussi. J'ai évidemment appris énormément de notions techniques en travaillant au quotidien aux côtés d'experts. L'environnement de travail est exceptionnel, le site de l'ESTEC offre la possibilité de faire du sport, de socialiser, d'assister à des conférences — ou du moins c’était le cas avant la pandémie. »

« L'aspect social du programme YGT a été pour moi un facteur déterminant cette année : rencontrer autant de jeunes qui partagent la même passion du spatial, qui viennent de cultures et d'horizons différents, c'est une expérience unique dans une vie ! On a toutes et tous beaucoup échangé, on se voyait régulièrement en dehors du travail mais nous avons également pris des initiatives ensemble au sein de l'agence. Je pense par exemple à l'organisation d'un événement pour les jeunes professionnels (reporté malheureusement) ainsi qu'à un petit groupe de travail sur la conception d'un habitat lunaire dans le cadre d'un appel à idées. Les jeunes esprits européens ont un dynamisme et une créativité qui est contagieuse! »

Quels conseils donneriez-vous à un jeune diplômé qui souhaite postuler ?

« Avant de postuler, renseignez-vous bien sur les activités de l’ESA et du service qui vous intéresse, notamment sur le site internet de l’ESA qui est très complet. N’hésitez pas également à contacter des anciens stagiaires YGT, ils seront ravis de répondre à toutes les questions que vous vous posez ! »

« S'il fallait encore vous convaincre à postuler, au-delà de l'environnement de travail exceptionnel, le programme YGT offre un aspect social et multiculturel qui est unique en Europe. »

Plus d’informations

Retrouvez plus d’informations sur le programme Young Graduate Trainee à ce lien. Les prochaines offres de stage YGT seront publiées en février, et le recrutement sera ouvert pour une durée d'un mois.  

Retrouvez toutes les informations sur le programme Vision cosmique 2015-2025 de l’ESA à ce lien.

Retrouvez Corentin dans son émission intitulée La Capsule, disponible en rediffusion sur YouTube ; il y a notamment reçu plusieurs invités qui travaillent à l’ESA et qui ont évoqué leur profession, leur parcours et les missions et projets sur lesquels ils travaillent.