Image du site d'atterrissage de Schiaparelli, avec l'ellipse
Agency

Coup de projecteur sur le site d’atterrissage de Schiaparelli

11/08/2016 1726 views 15 likes
ESA / Space in Member States / France

Schiaparelli, le Module Démonstrateur d'Entrée, Descente et Atterrissage de la mission conjointe ESA/Roscosmos, ExoMars 2016, ciblera la région de Meridiani Planum pour son atterrissage prévu au mois d’octobre, comme le montre cette mosaïque composée à partir d’images obtenues par Mars Express.

Meridiani Planum dans son contexte
Meridiani Planum dans son contexte

L’ellipse d’atterrissage, qui mesure 100 x 15 km, se trouve près de l’équateur, sur les hauts-plateaux de l’hémisphère sud de Mars. La région, relativement plane et lisse, a été choisie précisément en fonction de ces caractéristiques, visibles dans la carte topographique, afin de répondre aux exigences de sécurité nécessaires à l’atterrissage de Schiaparelli.

Le rover Opportunity de la NASA avait lui aussi atterri dans cette ellipse, près du cratère Endurance sur Meridiani Planum en 2004 et il explore depuis 5 ans le cratère Endeavour de 22 km de diamètre. Endeavour se trouve jute à l’extérieur de la zone sud-est de l’ellipse d’atterrissage de Schiaparelli.

Cette région a été largement étudiée depuis l’orbite et abrite des sédiments argileux et des sulphates qui se sont probablement formés en présence d’eau. De nombreux canaux formés par l’eau sont également clairement visibles, en particulier dans la partie sud de l’image.

Topographie de Meridiani Planum avec l'ellipse d'atterrissage
Topographie de Meridiani Planum avec l'ellipse d'atterrissage

Un certain nombre de cratères de la région présentent des dunes, qui, tout comme les dépôts plus sombres qui entourent les cratères, ont probablement été formés par des tempêtes de vent et de poussière.

Bien que l’objectif principal de Schiaparelli soit de démontrer des technologies qui permettent d’atterrir en toute sécurité sur Mars, son petit ensemble d’instruments scientifiques vont enregistrer la vitesse du vent, le taux d’humidité, la pression et la température sur le site d’atterrissage. Il va également effectuer la première mesure des champs électriques à la surface de Mars, qui, combinée avec les mesures de la concentration de poussière atmosphérique, donnera de nouvelles perspectives sur le rôle des forces électriques dans le soulèvement de la poussière, l'élément déclencheur des tempêtes de poussière.

Vue en perspective de Meridiani Planum, avec l'ellipse d'atterrissage de Schiaparelli
Vue en perspective de Meridiani Planum, avec l'ellipse d'atterrissage de Schiaparelli

Schiaparelli voyage vers Mars à bord de l’orbiteur d’étude des gaz à l’état de traces (TGO). Le lancement a été effectué sur une fusée Proton au départ de Baïkonour le 14 mars, et le rendez-vous avec la Planète Rouge devrait avoir lieu le 19 octobre.

Schiaparelli se séparera de son vaisseau mère le 16 octobre et utilisera trois jours plus tard la combinaison d’un bouclier thermique, d’un parachute, d’un système de propulsion et d’une structure déformable pour ralentir pendant sa descente de six minutes vers la surface de Mars.  

Vue en perspective de Meridiani Planum, avec l'ellipse d'atterrissage de Schiaparelli
Vue en perspective de Meridiani Planum, avec l'ellipse d'atterrissage de Schiaparelli

Mars Express de l’ESA, qui est en orbite autour de la Planète Rouge depuis 2003, fait partie de la flotte d’orbiteurs qui relaiera les données pendant la courte mission de Schiaparelli (qui fonctionne sur batteries) à la surface.

La mosaïque de 4 images en couleur qui figure dans cet article est composée d’images obtenues par la caméra haute résolution stéréo (HRSC) de Mars Express le 23, 26, et 29 août 2005 et le 1er août 2010.

Play
$video.data_map.short_description.content
Survol de l'ellipse d'atterrissage de Schiaparelli
Access the video

Related Articles

Related Links